Skip to main content

Émilienne Larocque, une femme patronne de presse

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

Émilienne Larocque (1865-1924) tire ses origines de Chambly. Elle est la fille de Gédéon Larocque (1831-1903), né à Chambly le 21 décembre 1831, qui devint médecin et député provincial pour la circonscription de Chambly le 23 juin 1871. On retrouve par la suite Gédéon Larocque maire de Longueuil de 1862 à 1870. Gédéon était le fils de Narcisse Larocque (c1805-1877) et de Louise Daigneau (1805-1867). Il est né vraisemblablement dans la maison illustrée par la photo ci-jointe.

Cette charmante demeure à toit mansart est malheureusement cachée par le relèvement du boulevard De Périgny, près du pont sur la rivière L’Acadie qui mène à Longueuil. C’est un frère de Gédéon Larocque, du nom de Télesphore Larocque (c1840-1908), voiturier, qui a hérité de cette résidence.  Nous découvrons sur internet qu’Émilienne Larocque, devenue veuve de Honoré Chassé, a pris en mains l’imprimerie de son défunt mari, afin de subvenir aux besoins de ses neuf enfants. Bien plus, lorsque l’imprimerie est achetée par un groupe de presse, les propriétaires lui confient la gérance du journal L’Évènement. Le biographe en déduit qu’elle est certainement parmi les premières femmes patronnes de presse au Canada. Honoré Chassé, avocat et président de l’Institut canadien, est né vers 1860. Celui-ci est le fils de Félix Chassé, notaire, et de Thérèse De Bonneville. Le 3 septembre 1883, il épouse Émilienne Larocque, et neuf enfants naissent de cette union. Honoré Chassé décède le 13 janvier 1903.   Paul-Henri Hudon RéférencesHonoré Chassé: Outil de recherche PistardÉmilienne Larocque: Encyclopédie WikipediaPhoto de la maison Daigneault en 2003. Collection de Paul-Henri Hudon.   Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.