Skip to main content

Emma Albani au Boscombe Hippodrome

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

Tous les biographes d’Emma Albani évoquent les difficultés financières auxquelles la famille a été confrontée après sa carrière opératique. Par pudeur ou ignorance des faits réels, c’est en chuchotant presque qu’on en fait mention. Il est dit quelque part qu’elle avait dû se résoudre à accepter des contrats qui l’amenaient à se produire dans des salles de vaudeville.

Voici un programme datant de cette période. C’est le Boscombe Hippodrome, une salle victorienne qui avait connu de très belles heures dans ce théâtre où des opéras avaient été produits. Situé sur la côte sud-ouest de l’Angleterre, ce site de villégiature avait connu son envol au moment où les vacances à la mer devenaient populaires au dernier tiers du XIXe siècle. C’est en 1905 qu’il prenait le nom de Boscombe Hippodrome. Le programme présenté ici – cliquez sur les images pour les agrandir – couvre la semaine du 9 août 1909 avec deux concerts en soirée, à 18 h 30 et à 21 heures, ainsi qu’une matinée, le mercredi à 15 h. C’est un programme qui s’adresse à un public averti avec en ouverture un extrait d’opéra de Von Weber, une dame Dorothy Watson qui chante en s’accompagnant au piano, un virtuose du violon, une Chic Comedienne… jusqu’au clou du programme que l’on présente ainsi: The Greatest Vaudeville Engagement of Modern Times, The World Famous Madame Albani, the Queen of Song… Son programme de chant n’est pas mentionné. Village de villégiature sur la côte, on est sans doute loin des salles du Covent Garden et autres grandes salles d’opéras du continent. En même temps, il ne semble pas qu’on soit non plus dans le pur burlesque où les artistes sont interpellés par une clientèle appréciant leur consommations tout autant que le spectacle, sinon plus! Pour une artiste de l’envergure d’Albani, on peut concevoir qu’elle puisse avoir perçu ces épisodes comme une déchéance bien qu’on n’en sache rien ou presque.Elle ne dédaignait pas associer son nom à la publicité et elle se devait de gagner des sous afin de soutenir sa maisonnée. Il y a lieu de croire que sa soeur Cornellia, Nelly, vivait avec elle de même qu’une soeur de son mari ainsi qu’un majordome. Un minimum de cinq personnes vivait dans une grande résidence de Kensington, détruite par les bombardements allemands au moment de la Seconde guerre mondiale. En même temps. il est dangereux d’inférer davantage à partir de ce seul document. Le programme du Boscombe Hippodrome mesure 27 par 38 centimètre (13 par 27 centimètres lorsque plié). Rédaction : Pierre Nadon