Skip to main content

Faire des Pâques de renard

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

À Chambly, en ce jour de Pâques de 1924, lisons ce qu’écrit le rapporteur journaliste. «Comme toujours, grâce aux bonnes volontés, les offices religieux de la semaine Sainte et l’Alleluia de Pâques ont été on ne peut mieux réussis. Mme Jos. Bouchard, organiste, continue la coutume innovée depuis deux ans de mêler aux voix d’hommes les voix angéliques d’enfants. Il est possible de dire que notre population est conforme à l’esprit de l’Église. La résurrection de l’âme (sic) s’est accomplie avec le bon esprit de la foi qui anime les habitants de notre localité…. Les glaces sont définitivement parties de la surface du bassin. À leur place s’allongent en aiguilles les ombres des pêcheux.»

Il n’y a donc pas que les oeufs de Pâques, ni l’eau de Pâques, qui faisaient nouveauté printanière, cette année là. Il y a aussi une participation des enfants au chant liturgique. Le journaliste ne dit pas s’il y avait des fillettes parmi les enfants. Rappelons que les hommes seuls, et adultes, pouvaient chanter dans la chorale paroissiale; et si on tolérait qu’une femme touche l’orgue, c’est à défaut d’avoir un mâle à portée de mains. Mais les choeurs mixtes sont prohibés. Des femmes chantres, Ah ça non! Les coloratures du village ne sont admises qu’exceptionnellement, par défaut, et avec la permission de l’Ordinaire. Et elles doivent être cachées de la vue de l’assistance. Vous vous souvenez aussi que les cloches des églises quittaient leur clocher pour s’envoler vers Rome entre le Vendredi Saint et le jour de Pâques. Mais, dites-moi. Est-ce que vous connaissez l’expression Faire des Pâques de renard?   Paul-Henri Hudon Photo: Collection Charlotte Magaveny, archives de la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly.Texte: Le Courrier de Saint-Hyacinthe, vendredi, 25 avril 1924.