Skip to main content

La guérison et le décès de la veuve Charland

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

Le décès de Mme Agathe-Amable Charland (1786-1871), guérie miraculeusement d’un chancre à la joue en 1861 (voir le billet publié récemment par la Société d’histoire), est enregistré à la paroisse de Chambly le 20 juin 1871. Elle est une des premières personnes inhumées dans le nouveau cimetière (c’est-à-dire l’actuel cimetière), par les soins du nouveau curé Amable Thibault. Elle était veuve de François-Xavier Benoit-Livernois (1795-1856). On la dit «âgée de 95 ans». Mais, ayant été baptisée le 28 novembre 1786, elle avait en réalité 85 ans.  Elle aura tout de même survécu dix ans après l’onction de l’huile sainte.

Joseph-Octave Dion signe au registre comme témoin. Or, il se trouve que Agathe Charland est la tante de notre gardien du fort. François-Xavier Benoit avait été baptisée le 22 mars 1795, et Eléonore Benoit (1798-1882), la mère de Joseph-Octave Dion, baptisée le 16 décembre 1798, tous deux enfants de Louis Benoit et de Françoise Trahan. On peut présumer que toute la famille Dion a assisté aux obsèques. La guérison en 1861 s’est produite sous le règne du curé Pierre-Marie Mignault, qui n’est pas sans voir conseillé la malade. Tous ont pu constater l’étonnant effet de l’intercession de Notre-Dame de Pitié, et de la foi qui transporte les montagnes. Est-ce de cet événement que date la vénération qu’a toujours portée Joseph-Octave Dion au curé Mignault? Et le fameux tableau de la Mater Dolorosa, commandé par Joseph-Octave Dion, conservé au presbytère de Saint-Joseph-de-Chambly, tire-t-il son origine de ce fait? Qui sait les mystérieux chemins de l’histoire Paul-Henri Hudon   Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.