Skip to main content

La procession de la Saint-Marc

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

L’illustration sépia fait voir une campagne baignée du soleil d’avril vers 1950, un dimanche de la Saint-Marc, vers neuf heures avant la grand’messe. On fait une procession sur la nationale 2 pour obtenir du ciel les bénédictions pour les fruits de la terre. Il faut noter l’ordre bien hiérarchisé des déambulants: les enfants de choeur costumés avec soutane et surplis, le curé qui porte une sorte d’ostensoir, puis le choeur de chant, formé exclusivement de voix mâles, tenant dans leurs mains rudes le graduel. Viendront ensuite les fidèles, toujours dans un ordre bien respecté: les marguilliers, les notables, les hommes, enfin les femmes avec leurs enfants. Nul n’oserait déroger de son rang, sans être mal vu.

Bon! Tout ça est folklorique, suranné. Ces rituels anciens d’un monde rural sont en voie de disparition. Fini les processions rangées; terminé les bénédictions de semis; disparu la collégialité paroissiale; oublié la Saint-Marc. Pourtant c’est la Saint-Marc, le 25 avril, qui marquait le réveil de la nature, le début du cycle agricole, le commencement des semences; l’emprunt chez le marchand, le grand ménage de la maison. C’était le temps où on investissait, qu’on faisait appel à la terre nourricière. On fumait les jachères; on redressait les clôtures, on vidait les ruisseaux. Les taures sont mises au clos. C’était une vie nouvelle. C’était l’ouverture d’une période très active qui se terminait à la Saint-Michel (29 septembre) ou à la Saint-Martin, (11 novembre). Labour, semences récoltes. Cycles saisonniers, saison-jeunesse, répétés depuis la nuit des temps. Il semble qu’aujourd’hui, c’est le printemps arabe ou érable désordonné qui a supplanté l’ordre ancien. Le 22 de chaque mois, plutôt que le 25 avril annuel. Mais n’est-ce pas toujours le même espoir d’un mieux vivre, d’une récolte abondante, de bénéfices espérés, de fruits mûrs? Paul Henri Hudon   La photographie provient d’un calendrier historique publié par la municipalité de Saint-Denis De La Bouteillerie (Kamouraska), vers 1980.     Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.