Skip to main content

L’auberge de Dubuc n’est plus

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

Elle longeait le canal de Chambly, près du pont 3, depuis la fin  des années 1800. L’auberge-restaurant bien campée, avec son âtre de pierre, était bien visible depuis le canal de Chambly. On reconnaissait de loin ses lucarnes à pignons. On l’a connue récemment sous le nom Aux Berges du Canal, où nous recevait, derrière l’antique comptoir, le sympathique propriétaire René Horisberger. Petit restaurant chaleureux et invitant, café terrasse où les cyclistes s’attardaient avant de poursuivre sur le chemin de halage jusqu’a Saint-Jean. Elle  n’est plus.

Mais imaginez combien de voyageurs, qui empruntaient le canal autrefois, ont pu s’y restaurer le temps d’une nuit, d’un repas. Ou encore pour attendre l’ouverture des écluses. Les charretiers surtout qui halaient les barges avec leurs chevaux. Combien ont pu s’arrêter, boire une chope, et même deux, ou plutôt quatre, sous les chaleurs du mois de juillet. C’était une halte, je dirais obligée, pour les meneurs de chevaux, les mariniers des barges Murray. L’auberge ne payait pas de mine en ces dernières années avec son clin de bois noirci. Mais elle gardait son style vieillot de mansarde attardée. Elle ne voulait plus quitter les berges, habituée à ses marcheurs, ses pédaleurs, ses flâneurs. On l’a tout de même rasée au sol en 2016. Qu’elle garde le souvenir de ses visiteurs. Nous pensons que ce bâtiment a appartenu à l’hôtelier François Dubuc (1835-1917), époux de Justine Denault (1840-1913). En juillet 1875, François Dubuc, père, hôtelier, fait terminer les travaux à sa maison par Elzéar Bigonesse, menuisier à Chambly-Canton.  Justine Denault, veuve de François Dubuc, fera donation à la paroisse Très-Saint-Coeur-de-Marie du cimetière, soit un terrain de 2 arpents de large par 25 arpents de profondeur à Chambly-Canton. Y avait là de l’histoire quand même! Paul-Henri Hudon Photo, collection personnelle de l’auteur Texte dans l’album Chambly 1665-1990, page 316.Documents: Notaire J. T. Amédée Robert, 29 juillet 1875. Bureau de la publicité des droits, acte no 55132, donation le 19 mars 1914, rectification le 18 mai 1920.     Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.