Skip to main content

Le conseil municipal autorise la démolition de la maison Boileau

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

La belle maison patrimoniale et hautement historique du notaire Boileau disparaîtra du décor urbain à Chambly. Le conseil municipal a voté à forte majorité, ce mardi 5 mars, la démolition auparavant recommandée par le Comité de démolition. Cette maison bicentenaire, située à l’angle des rues Martel et Bourgogne ne supportait plus la lourdeur des ans. Elle ployait sous l’inertie de sa matière. Elle s’affaissait de son vide intérieur, penchait de la cheminée, gondolait des hanches, pliait du faîte. Une perte visuelle et emblématique pour le Québec.

La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly a fait parvenir, par son président, au membres du conseil municipal, une lettre suggérant des solutions pour l’avenir. Vous lirez, ci-joint, nos recommandations.    * * * Chambly, le 1er avril 2016 Sujet : Post mortem de la maison Boileau Monsieur le maire Denis LavoieMs et Mmes, conseillers municipaux Mesdames, messieurs, Vu le grand intérêt manifesté par la population de Chambly et d’ailleurs pour la maison Boileau, dont il faudra faire le deuil, la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly désire vous proposer quelques pistes d’observations. Des négligences accumulées pendant des dizaines d’années ont fait en sorte que cet édifice patrimonial et historique a dépéri de lui-même, faute d’entretien par les propriétaires. De plus il semble n’exister aucun mécanisme municipal permettant d’anticiper et de prévoir la perte de tels biens patrimoniaux. Le comité consultatif d’urbanisme, le programme PIIA, les réglementations diverses semblent inadaptées devant telles situations. Il n’est prévu aucun mécanisme d’intervention par la Ville vis-à-vis des occupants, ni ressources patrimoniales pour encourager la conservation d’un élément patrimonial en voie de dégradation. La Société d’histoire a apprécié que la Ville de Chambly ait investi pour la restauration du monument De Salaberry en 2008. Rénovation qui a été soulignée avec bonheur par la famille De Salaberry et par toute la population de Chambly. Elle reconnait aussi l’initiative prise par la municipalité d’avoir «cité» des biens patrimoniaux du domaine public (La Mairie, les casernes de pompiers, le Centre administratif, etc). Enfin la Ville de Chambly et la Société d’histoire ont intimement collaboré, depuis plus de dix ans, à mettre en valeur le patrimoine architectural, historique et paysager de Chambly, par de très nombreux panneaux d’information. La loi 82 adoptée en 2011, appelée Loi sur le Patrimoine culturel, accorde des pouvoirs aux municipalités. Voir le Chapitre IV, articles 121 (pouvoirs), 127 (citation), 148 (dégradation), ainsi que la Section III, «Conseil du Patrimoine» et plusieurs autres. La Ville de Chambly pourrait prendre l’initiative de citer les principaux biens patrimoniaux (meubles et immeubles) du territoire. Elle pourrait aussi mettre sur pied un Conseil du patrimoine. Bien plus, elle peut prévoir au prochain budget un Fonds du Patrimoine, qui servirait à supporter, encourager, publiciser et honorer les améliorations apportées au patrimoine local, par des individus ou des groupes. Auquel fonds pourraient contribuer des entreprises, des institutions financières, des particuliers et d’autres paliers de gouvernement.   Bref, la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly souhaite ne plus déplorer la perte de biens patrimoniaux de qualité à Chambly. Alors que nous bénéficions d’une auréole historique qui attire chez nous de plus en plus de visiteurs. Soyez assurés, mesdames, messieurs de la collaboration constante des membres de la Société d’histoire. Recevez l’hommage de notre considération Paul-Henri Hudon, présidentSociété d’histoire de la seigneurie de Chambly   Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.