Skip to main content

Les chemins à lisses et les «gros chars»

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

La conférence de Richard Pelletier, président de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, a rassemblé près de trente auditeurs en ce dimanche de chaleur, où le plein air invitait les marmottes que nous sommes à plutôt fureter autour du bassin. Mais les absents ont eu tort de rater cet événement.

Le conférencier nous a brossé une fresque fort bien documentée sur l’origine des chemins de fer, depuis les mines anglaises, jusqu’au port de Portland aux États-Unis en 1853. La Dorchester, les railways, les railroads, John Poor, Alexandre Galt, Peter McGill, les dimensions des rails, les efforts et les insuccès financiers pour mettre sur roues les wagons de la Saint.Lawrence & Atlantic Railroad, toutes ces données historiques nous ont été exposées, avec illustration, et dans un discours de belle tenue. Les villes de Saint-Basile, de Saint-Hyacinthe, de Saint-Hilaire ont pu profiter de l’essor économique causé par l’arrivée des rails. Chambly et Saint-Charles avaient rêvé que le trajet de ce train franchisse le Richelieu dans leur localité. Mais non! Chambly devra attendre en 1873 pour voir arriver les gros chars. Rédaction: Paul-Henri Hudon Illustration:  La gare (le dépôt), de Chambly-Canton (archives de la SHSC)