Skip to main content

Nommer nos écoles

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

Sous le règne du premier ministre Maurice Duplessis, deux écoles neuves au moins ont été construites dans Chambly. L’école St-Joseph, en 1947, qu’on appelait «collège St-Joseph», et l’école nommée «Notre-Dame du Sourire», en été 1955. Aujourd’hui ces deux écoles sont reliées par une salle de récréation et de détente. L’école porte le nom de sa rue, «école de Bourgogne».

Donc c’est en juin 1955 que cette dernière école est bénie par le curé de la paroisse, Charles-Édouard Poirier. Assistaient à la cérémonie le député de Chambly à l’Assemblée législative, M. Redmond Roche, qui est aussi adjoint parlementaire du ministre des Finances, et d’autres personnalités locales. Les travaux de construction, qui avaient débuté en mai 1955, étaient terminés pour recevoir 250 élèves en septembre. Ils avaient été confiés à la firme J. M. Jeanson Ltée de Sherbrooke. Cette nouvelle école «contenait huit classes en plus d’une grande salle et d’une salle de professeurs». Le tout pour un coût de 89 000 $. Le gouvernement assumait 70 % de la dépense. Après soixante ans d’usage, ne serait-il pas temps de nommer nos écoles du nom d’instituteurs réputés qui ont oeuvré dans Chambly? Je suggèrerais bien le nom  d’école Léon-Potel en l’honneur de cet instituteur français, auteur d’une grammaire française, qui fut directeur du collège de Chambly en 1841. Il y aurait aussi Nectaire Galipeau (1848-1918), qui fonde une école du soir à Chambly-Canton, Pierre-François Amiot (1804-1864), Jean Cassegrain (1769-1858), un vétéran, Pierre Garnot (1801-1869), Joseph Guérin, directeur de l’Académie du Canton vers 1875-80, avant d’aller fonder le village de Kiamika, dans le Témiscamingue. Et bien d’autres… L’école de Bourgogne, l’école secondaire de Chambly, l’école Sainte-Marie, l’école St-Joseph… Peut-on les dégager de leurs noms génériques, communs et impersonnels, et leur proposer des référents pédagogiques qui ont marqué notre histoire locale? Paul-Henri Hudon Source: Le Richelieu, 2 juin 1955 Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.