Skip to main content

Trois accidents mortels sur le canal de Chambly le 16 août 1915

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

La presse locale ne fait pas état d’un important accident survenu sur la bande du canal de Chambly, il y a cent ans. Trois victimes, une enquête, des témoignages, et un jugement du coroner Ed McMahon, nous révèlent ce triste épisode. Arthur Séguin et Ernest Gauthier, tous deux employés sur le canal, décèdent tragiquement le 16 août 1915, à sept heures et demi du matin, terrassés par une décharge électrique de 25 000 volts. Fabien Lapointe décèdera le lendemain.

Le rapport du coroner se lit ainsi: «Nous jurés, soussignés, déclarons que Arthur Séguin et Ernest Gauthier sont morts à Chambly-Canton le seize août mil neuf cent quinze d’un choc électrique causé par le fait qu’ils ont tourné un beaume de palan de façon à le mettre en contact avec un fil électrique de la St John Electric Company dont les fils sont placés sur des poteaux le long du canal de Chambly. Il n’y a pas de crime. Nous croyons cependant que ces fils sont placés trop bas. Signé: Joseph Couillard, Henri Vincent, Joseph Beauchamp, Émilien Allard, Charles Demers, William McKitchen, Cyrille Perrault». (Archives nationales du Québec à Montréal, pièce no 843, 17 août 1915).   Le docteur Émile Desrochers de Chambly-Bassin témoigne: « J’ai examiné les deux cadavres Séguin et Gauthier. Ils étaient couverts de brûlures, dues à un choc électrique. Ils sont morts instantanément». Témoignage corroboré par le docteur Albéric Trudeau.   Le contremaître Moïse Lacoste de Chambly-Bassin témoigne: «Je suis contremaître sur les travaux généraux au canal de Chambly à Chambly. Les deux défunts et mon beau-frère Lapointe, qui se meurt actuellement des brûlures, ont reçu un choc hier le 6 au matin à 7 heures et demi, parce que Gauthier et mon beau-frère Lapointe ont tourné le beaume d’un derrick avant qu’il fut baissé pour pouvoir passer en dessous des fils électriques placés sur des poteaux sur la bande du canal à cet endroit. Nous savions tous que ces fils étaient chargés et qu’il ne fallait pas leur toucher avec notre beaume. J’avais moi-même ordonné à Séguin de baisser le beaume. Gauthier et Lapointe m’avaient entendu donner cet ordre. Séguin était juste en frais de baisser le beaume quand Gauthier et Lapointe, sans attendre qu’il fut baissé, le firent tourner et établirent un contact entre le fil et la tête du beaume. Tous les trois, Gauthier, Lapointe et Séguin recevant un choc électrique. Lapointe, mon beau-frère, m’a lui-même déclaré qu’ils avaient tourné le beaume sans s’assurer s’ils pouvaient réellement passer en dessous des fils dans la position dans laquelle il était.»   Témoignage de François Benoit de Chambly-Canton: «Je suis un des travailleurs au canal Chambly. Nous avons maintes et maintes fois fait passer au dessous de ces fils électriques le beaume de notre derrick sur le chaland accosté à la berge du canal sans encombre, mais on le baissait toujours pour qu’il passe facilement. Avant-hier soir, le beaume était dans une position d’érection élevée et tous les hommes, les deux défunts comme le blessé et nous-même, avons remarqué et dit qu’il faudrait le lendemain matin baisser ce beaume avant d’essayer de le faire passer sous les fils. J’ai entendu hier matin le contremaître Lacoste ordonner de baisser le beaume avant qu’il fut tourné.» Joseph Lacoste corrobore le témoignage précédent.   Témoignage de Patrick Alex. Chisolhen de St. John, Province de Québec: « Je suis gérant de la compagnie St John Electric Light Co. Les fils qui sont venus en contact ici avec le beaume appartiennent à notre compagnie. Ils servent à porter l’électricité à Saint-Jean. Le pouvoir nous est fourni par la Compagnie Électrique de Chambly. Les fils portent 25 000 volts. Ils ont été posés sur des poteaux à cet endroit le long du canal après entente avec le gouvernement canadien qui a fait des règlements établissant l’endroit et la manière qu’ils devaient être posés, il y a environ 12 ans.» Témoignages pris à Chambly-Canton, le 17 août 1915. Ed McMahon, coroner.   Arthur Séguin est inhumé à Saint-Luc tandis qu’Ernest Gauthier (Judith Simard) l’a été au cimetière de la paroisse Très-Saint-Cœur-de-Marie à Chambly. Fabien Lapointe, 56 ans (Rose-Anne Lacoste), décédé le lendemain de l’accident, est inhumé au cimetière de Saint-Joseph de Chambly.   Ces faits et ces documents ont été portés à notre connaissance par M. Maurice Labelle de Montréal, arrière-petit-fils d’Arthur Séguin, le vendredi, 27 février 2015.      Paul-Henri Hudon     Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.