Skip to main content

Vitesse vertigineuse dans les rues de Chambly

By 10/04/2019May 9th, 2019No Comments

«Les automobilistes semblent abuser de leur liberté en faisant dans notre village de Chambly-Bassin une vitesse quasi vertigineuse. Personne n’ignore qu’il existe une loi limitant à 15 milles à l’heure la marche des véhicules moteurs dans les villages, mais bon nombre de chauffeurs semblent l’ignorer et parcourent nos rues beaucoup plus vite, soulevant des nuages de poussière et menaçant d’écraser les gens. Il serait bon qu’on place des hommes pour faire arrêter cette course en plein Chambly. La santé et la sécurité des gens y gagneraient beaucoup», peut-on lire dans Le Canada-Français du 14 juillet 1921.

Et le journaliste poursuit: «Un autre abus consiste à tolérer les bicyclettes sur les trottoirs. L’an dernier nos conseillers avaient chargé quelqu’un de veiller à ce qu’aucun bicycle ne passe sur le trottoir… Toute contravention à ce règlement était passible de cinq piastres d’amende. Aujourd’hui on ne peut pas faire trois pas sans se buter à une bécane». Dans les archives de la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, la collection Émile Caron nous offre plusieurs vues de Chambly fort intéressantes. La présente carte postale (cliquez pour agrandir) date d’environ 1930. On voit la mairie et le carrefour Martel-Bourgogne et Salaberry. Notez l’étroitesse de l’avenue Bourgogne et les magnifiques ormes. On a chaulé le bas des arbres soit pour baliser le chemin le soir, soit pour détruire les insectes. Deux luminaires, en plein chemin, affichent des publicités. Cette section de rue, qui va de l’hôtel de ville jusqu’au pont de la rivière L’Acadie, fut longtemps appelée rue De Chambly. Paul-Henri Hudon     Ce texte vous inspire des commentaires? Vous souhaitez émettre une suggestion? Merci de nous écrire.