was successfully added to your cart.

Panier

P105 | Collection Émile Caron

Collection Émile Caron P105 [1902?]-[1920?]. – 210 cartes postales (dont 17 versos de cartes postales) : coul. et n&b. Notice biographique : Pierre-Émile Caron (1874-1945) est un éditeur et un collectionneur de cartes postales locales de Chambly. Il fait prendre ses photographies par un photographe de Saint-Jean et les vend dans son magasin général sis au 1685 rue Bourgogne. Au début, le magasin ne fait qu’un étage. Cette maison est construite vers 1849, selon les membres de la famille Caron. Il achète le commerce en 1906 et la bâtisse de de la famille Ostiguy. Il est déjà locataire lors de l’achat. En plus du magasin, Pierre-Émile Caron est barbier, tailleur et réparateur de bicyclettes. Actuellement le Journal de Chambly occupe cette bâtisse. Il est aussi conseiller municipal de Chambly-Bassin en 1932.Son fils, Émile Caron (1900-1979), est le propriétaire de la collection de photos et de cartes postales. Il étudie au collège de Saint-Césaire puis chez les Soeurs Grises de Chambly. Il devient commerçant avec son père. Il exerce ce métier pendant 38 ans. En 1955 il vend le commerce au frère de sa femme, puis à Réna Bouchard. En 1961, la maison des Caron passe au feu.Son fils, Marcel Caron, occupe actuellement la résidence familiale des Caron sise au 1681 rue Bourgogne. Il est aussi collectionneur. Il dispose d’une importante collection de camions de pompiers, jouets miniatures, etc.Son autre fils, Serge Caron, est décédé en décembre 2005. Il a été chef des pompiers de Chambly pendant 33 ans. Il dispose, en plus de la collection de cartes postales, d’une collection de photos anciennes concernant les pompiers, les policiers, les incendies et portant en général sur le travail des pompiers de Chambly. Une partie de ces photos, concernant les pompiers, a été l’objet d’une exposition organisée par la SHSC en 2002. Les photos de cette exposition sont conservées dans les archives de la SHSC et entreposées, en 2006, à la voûte du centre administratif de la ville de Chambly au 56 rue Martel.Historique de la conservation : La collection de cartes postales d’Émile Caron, contenant 231 pièces, est passée à son fils Serge Caron, puis à sa veuve, Solange Lépine Caron. La collection de cartes postales d’Émile Caron a été prêtée à la SHSC dans les années 1990 qui en a reproduit des copies. Cette même collection est prêtée à nouveau en mai 2006 pour la numérisation de 190 pièces de la collection de cartes postales.Portée et contenu : La collection porte sur différents aspects de la ville de Chambly. Elle témoigne des principaux bâtiments de la ville, dont plusieurs sont aujourd’hui disparus. De plus, la collection témoigne de plusieurs éditeurs de cartes postales, dont Paul-Émile Caron, père d’Émile Caron, les frères Pinsonneault de Saint Jean sur Richelieu et de Sherbrooke et L. Charpentier de L’Épiphanie.Nous avons conservé le verso des cartes postales qui comportent des écrits. Les messages écrits sur ces cartes témoignent des intérêts et des habitudes des gens de l’époque, ainsi que de la fonction qu’ont ces cartes postales. De plus, certains messages sont datés.La collection contient des cartes postales numérisées et regroupées dans les séries et sous séries suivantes :- S1 ÉGLISE SAINT-JOSEPH-DE-CHAMBLY ;- S2 FORT CHAMBLY ;- S3 BÂTIMENTS DE CHAMBLY ;- SS1 PESBYTÈRE DE CHAMBLY ;- SS2 MAIRIE DE CHAMBLY-BASSIN ;- SS3 ÉGLISES PROTESTANTES DE CHAMBLY : ÉGLISE MÉTHODISTE ET ÉGLISE ST-STEPHEN’S ;- SS4 HÔTELS ET AUBERGE DE CHAMBLY ET DE RICHELIEU : GRAND HÔTEL, AUBERGE FORT CHAMBLY ET HÔTEL RICHELIEU ;- SS5 COUVENT DE LA CONGRÉGATION NOTRE-DAME ;- SS6 RÉSIDENCE GUILLAUME-NARCISSE DUCHARME ;- SS7 CHÂTEAU COOMBE ;- SS8 MANOIR GABRIEL CHRISTIE ;- SS9 CASERNES MILITAIRES : THE FRESH AIR HOME ET LA CASERNE DES OFFICIERS ;- SS10 AUTRES RÉSIDENCES DE CHAMBLY : MAISON DE JOSEPH DE SAINT-LOUIS LAJEUNESSE, DITE MAISON ALBANI, MAISON SAINT-HUBERT (VILLAGE HISTORIQUE DE CARIGNAN), GARE DECHAMBLY-BASSIN, RÉSIDENCE DU DR. MARTEL, MANUFACTURE JUDY LYNN DRESS, ACADÉMIE DU CANTON, JUNIORAT DES OBLATS DE MARIE-IMMACULÉE, HOSPICE SAINT-JOSEPH, THE CANADIAN BANK OF COMMERCE, MAGASIN GÉNÉRAL OSTIGUY ET FILS, RÉSIDENCE DE JOSEPH-OCTAVE DION, ÉCOLE DE BOURGOGNE, PAVILLON SAINT-JOSPEH ETCORPS DE GARDE ;- S4 CANAL DE CHAMBLY ;- S5 BARRAGES DE CHAMBLY ;- SS1 PREMIER BARRAGE DE CHAMBLY ;- SS2 DEUXIÈME BARRAGE DE CHAMBLY ;- S6 PONTS ;- SS1 PONT SUR LA RIVIÈRE RICHELIEU ENTRE CHAMBLY ET RICHELIEU ;- SS2 PONTS SUR LE CANAL DE CHAMBLY ;- SS3 PONT SUR LA RIVIÈRE L’ACADIE ;- S7 MANUFACTURES DE CHAMBLY ;- S8 VUES DE CHAMBLY ;- S9 RUES DE CHAMBLY ;- S10 MONUMENTS DE CHAMBLY ;- SS1 MONUMENT CHARLES-MICHEL D’IRUMBERRY DE SALABERRY ;- SS2 MONUMENT DU CURÉ PIERRE-MARIE MIGNAULT ;- SS3 MONUMENT DU SACRÉ-COEUR ;- S11 PORTS ET QUAIS DE CHAMBLY ;- S12 PERSONNES.Source du titre composé propre : Le titre de la collection est basé sur le nom du collectionneur.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : Il existe un répertoire iconographique P008 Fonds Émile Caron (déposé aux Archives nationales du Québec). Son contenu se retrouve désormais dans le P105 Fonds Émile Caron. La notice biographique est basé sur les témoignages de la famille, de Paul-Henri Hudon et du procès-verbal du 23 février 1979 de la SHSC.Un CD de consultation (numéro 1) qui contient les photographies numérisées est disponible dans la boîte V-18 de la voûte de la SHSC.La collection a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.Localisation : CD de consultation boite V-18Photographies : boîte V-35.P105,S1ÉGLISE SAINT-JOSEPH-DE-CHAMBLY. – s.d. – 12 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : L’érection canonique de la paroisse a lieu en 1721. En 1739, deux paroisses sont érigées sur la seigneurie et deux chapelles y sont construites. En 1757, une nouvelle église est construite, en pierres, à l’endroit précis où s’élève l’église actuelle. Malheureusement, cette église est incendiée en 1806. Le 24 octobre 1810, la nouvelle église est bénite. Cette église est incendiée à son tour en 1880. Encore une fois, l’église est reconstruite sur les ruines de la précédente par les architectes Bourgeau et Leprohon de Montréal et l’entrepreneur François Archambault de l’Assomption. Elle est allongée de 36 pieds sur le devant, ce qui lui donne 160 pieds de longueur tandis que les murs sont rehaussés. Ils ont 30 pieds du dessus des lambourdes jusqu’à la sablière. Sa largeur donne 48 pieds. La nouvelle façade est en pierre de taille et les murs en “pierre de course”. Elle est ouverte au culte et bénite le 20 novembre 1881. La voûte et la décoration sont réalisées par D.A. Beaulieu, une chaire ornementée et trois nouveaux autels enrichissent son intérieur et un orgue Casavant est installé au jubé. Il y a deux grandes toiles, au-dessus des autels latéraux. À gauche, c’est La Madone du Rosaire, avec sainte Catherine et saint Dominique tandis qu’à droite, c’est L’éducation de la Vierge. Ces deux tableaux datent de 1891 et 1892 et sont signés Sinaï Richer.Portée et contenu : La série porte sur l’église de Saint-Joseph-de-Chambly construite en 1881 et témoigne de l’évolution de l’environnement de l’église, à l’intérieur et à l’extérieur. Elle témoigne aussi de la décoration de l’intérieur de l’église.La série contient 7 images, dont 6 rectos de cartes postales et une image du verso d’une cartes postales :- Une carte postale recto de l’église catholique vue à l’extérieur, Chambly Bassin, s.d.IMG042.JPG : Église catholique, Chambly Bassin, s.d.. – Une carte postale recto de l’église de Chambly Bassin à l’extérieur, s.d.IMG043.JPG : Église, Chambly Bassin, P.Q., s.d.. – Une carte postale recto de l’église catholique de Chambly Bassin à l’extérieur et portant le numéro 6, s.d.IMG044.JPG : Église catholique – Catholic Church, Chambly Bassin, P.Q.-6.. – Une carte postale recto de l’église de Chambly Bassin à l’extérieur et portant le numéro 4, s.d.IMG045.JPG : Église Chambly Bassin, Que, 4.. – Une carte postale recto de l’intérieur de l’église de Chambly Bassin, s.d.IMG059.JPG : Église Chambly Bassin. – Une carte postale recto de l’église de Chambly à l’extérieur et portant le numéro 1186, s.d.IMG062.JPG : 1186.-Église de Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto de l’église catholique et du presbytère de Chambly à l’extérieur, portant le numéro 6 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG092.JPG : Église catholique et presbytère de Chambly, Que. 6.. – Une carte postale recto de l’église de Chambly Bassin à l’extérieur, s.d.IMG122.JPG : L’Église de Chambly Bassin, P.Q.. – Une carte postale recto de l’intérieur de l’église de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG130.JPG : Église catholique (intérieur), Chambly, Que.7.. – Une carte postale verso de l’intérieur de l’église de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG131.JPG : Verso de la carte postale : Église catholique (intérieur), Chambly, Que.7.. – Une carte postale recto de l’église de Chambly Bassin à l’extérieur et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG240.JPG : Église, construite en 1881 – Church, built in 1881 Chambly Basin, Que.. – Une carte postale recto de l’intérieur de l’église de Chambly portant le numéro 1181 et publiée par J.L. Pinsonnault, édit St-Jean, s.d.IMG297.JPG : 1181.- Intérieur de l’Église – Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto de l’église de Chambly à l’extérieur, portant le numéro CHLY09 et publiée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG302.JPG : Chambly Église St-Joseph/St-Jospeh Church. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron, J.L. Pinsonnault, édit. St-Jean et Imprimerie Florès et fils inc.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Chambly 1665-1990, Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & fils, 1990, pp.60-64. La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S2FORT CHAMBLY. – [1916?]-[1920?]. – 17 cartes postales dont 3 versos de cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Les guerres franco-iroquoises qui marquent la seconde moitié du XVIIe siècle en Nouvelle-France expliquent la présence du premier fort de bois. Les Français craignent une attaque anglaise venant du sud du lac Champlain. Vis-à-vis des Anglais, très bien armés, Philippe de Rigaud, marquis de Vaudreuil et gouverneur général de la Nouvelle-France, ordonne la construction d’un fort de pierre à Chambly, en novembre 1709. Josué Dubois Berthelot de Beaucours, officier dans les troupes de la Marine et ingénieur en chef du Canada, dirige les travaux de construction entre 1709 et 1711. Cet imposant ouvrage de pierre s’inspire des principes de fortification française à la Vauban. Le fort devient la plus importante fortification sur la voie d’invasion fleuve Hudson-lac Champlain-rivière Richelieu. Toutefois, il ne peut résister qu’à des tirs d’artillerie légère. Les Français comptent sur la présence des rapides pour empêcher les Anglais de transporter avec eux des canons de gros calibre. Ce dernier fort tombe entre les mains des Britanniques le 1er septembre 1760, pendant la guerre de Sept Ans. Le fort est incendié en 1776 par les occupants américains en déroute. Il est laissé à l’abandon jusqu’en 1883. Consolidé par le premier conservateur, Joseph-Octave Dion et ses successeurs. Il est reconstitué dans sa volumétrie en 1985 par Parcs Canada pour en faire un centre d’interprétation de la période française. Il est alors classé par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.Portée et contenu : La série porte sur le fort de Chambly. Elle témoigne de l’évolution dans le temps du fort, de ses débuts, de ses ruines et de sa reconstitution.La série contient 20 images, dont 17 rectos de cartes postales et 3 versos :- Une carte postale recto du fort de Chambly à l’extérieur de l’enceinte et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG102.JPG : Le vieux fort Chambly – 1665, Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto du fort de Chambly à l’extérieur de l’enceinte portant le numéro 19 et publiée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG118.JPG : Chambly, P.Q. 19. – Une carte postale recto du fort de Chambly à l’extérieur de l’enceinte, portant le numéro 5413 et éditée par P.E. Caron, [1916?].IMG132.JPG : Vieux Fort , Chambly, P.Q.. – Une carte postale verso du fort de Chambly à l’extérieur de l’enceinte, portant le numéro 5413 et éditée par P.E. Caron, [1916?].IMG133.JPG : Verso de la carte postale : Vieux Fort , Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto vue, de la tour, de l’intérieur du fort Chambly, s.d. IMG149.JPG : Vue, de la tour, de l’intérieur du fort Chambly.. – Une carte postale recto de la vieille chapelle à l’intérieur du fort de Chambly, portant le numéro 15 et l’inscription O.M., s.d.IMG151.JPG : La vieille chapelle à l’intérieur du fort de Chambly. – Une carte postale recto du fort de Chambly, portant le numéro 8 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG200.JPG : Fort Antique (1839), Chambly, Que.. – Une carte postale recto du fort de Chambly en ruine à l’extérieur, s.d.IMG205.JPG : Fort de Chambly en ruine.. – Une carte postale verso du fort de Chambly en ruine à l’extérieur, s.d.IMG206.JPG : Verso de la carte postale : Fort de Chambly en ruine.. – Une carte postale recto de l’intérieur du fort de Chambly, s.d. IMG229.JPG : Intérieur du vieux Fort, Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto du fort de Chambly et de la rivière Richelieu et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG235.JPG : Chambly fort and river Richelieu – Fort Chambly et rivière Richelieu, Chambly, Que.. – Une carte postale recto du fort de Chambly à l’extérieur, portant le numéro 1179 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, [1920?].IMG246.JPG : No. 1179 – Le Fort Chambly en 1839.. – Une carte postale verso du fort de Chambly à l’extérieur, portant le numéro 1179 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, [1920?].IMG247.JPG : Verso de la carte postale : No. 1179 – Le Fort Chambly en 1839.. – Une carte postale recto du fort de Chambly, portant le numéro 384 et éditée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG263.JPG : 384.- Le vieux fort, Chambly, P.Q.. – Une carte postale recto du fort de Chambly en vue aérienne au pied des rapides de Richelieu avant la restitution volumétrique, portant le numéro CJOD-02 et publiée par le Cercle Joseph-Octave-Dion, s.d.IMG299.JPG : Vue aérienne du fort Chambly au pied des rapides du Richelieu avant la restitution volumétrique. Aerial view of old Fort Chambly on the Richelieu river.. – Une carte postale recto de la cour intérieure du Fort, publiée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG300.JPG : La cour intérieure du Fort. Court inside the Fort, Chambly.. – Une carte postale recto de l’intérieur du fort Chambly montrant le mur Est avant sa reconstitution, portant le numéro CJOD-03 et publiée par le Cercle Joseph-Octave-Dion, s.d.IMG303.JPG : Le mur Est avant les travaux de restitution volumétrique. Old Fort Chambly, East wing before reconstitution.. – Une carte postale recto d’une vue extérieure du fort de Chambly, portant le numéro CHLY04 et publiée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG305.JPG : Chambly, vue extérieure du Fort. Outside view of the Fort.. – Une carte postale recto de la cour intérieure du fort Chambly le soir, portant le numéro CJOD-06 et publiée par le Cercle Joseph-Octave-Dion, s.d. IMG307.JPG : Le fort Chambly. Cour intérieure, le soir. Fort Chambly. Inner court at dusk.. – Une carte postale recto du fort de Chambly à l’extérieur, huile sur toile de Henry J. Sandman (1842-1910) et publiée par Service des Parcs, Environnement Canada, Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG312.JPG : Le vieux fort de Chambly, 1876. Huile sur toile de Henry J. Sandman (1842-1910). Old Fort Chambly, 1876. Oil on canvas, Henry J. Sandman (1842-1910).. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par F. Tessier, Montréal, L. Charpentier, Montréal, P.E. Caron, O.M., J.L. Pinsonneault, St-Jean, Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, Cercle Joseph-Octave-Dion, Imprimerie Florès et fils inc., Service des Parcs, Environnement Canada, Héritage Chambly.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur le site de Parcs Canada : http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/qc/fortchambly/natcul/natcul2b_F.asp , consulté le 18 mai 2006 et sur l’ouvrage Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1906-1950, Chambly, Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 46.La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3BÂTIMENTS DE CHAMBLY. – [1902?]-[1916?]. – 53 cartes postales dont 7 versos de cartes postales : coul. et n&b.Portée et contenu : La série porte sur les bâtiments de Chambly. Elle témoigne de l’aspect architectural de ces bâtiments, dont plusieurs n’existent plus aujoud’hui.La série contient 10 sous-séries : – SS1 PESBYTÈRE DE CHAMBLY ;- SS2 MAIRIE DE CHAMBLY-BASSIN ;- SS3 ÉGLISES PROTESTANTES DE CHAMBLY : ÉGLISE MÉTHODISTE ET ÉGLISE ST-STEPHEN’S ;- SS4 HÔTELS ET AUBERGE DE CHAMBLY ET DE RICHELIEU : GRAND HÔTEL, AUBERGE FORT CHAMBLY ET HÔTEL RICHELIEU ;- SS5 COUVENT DE LA CONGRÉGATION NOTRE-DAME ;- SS6 RÉSIDENCE GUILLAUME-NARCISSE DUCHARME ;- SS7 CHÂTEAU COOMBE ;- SS8 MANOIR GABRIEL CHRISTIE ;- SS9 CASERNES MILITAIRES : THE FRESH AIR HOME ET LA CASERNE DES OFFICIERS ;- SS10 AUTRES RÉSIDENCES DE CHAMBLY : MAISON DE JOSEPH DE SAINT-LOUIS LAJEUNESSE, DITE MAISON ALBANI, MAISON SAINT-HUBERT (VILLAGE HISTORIQUE DE CARIGNAN), GARE DECHAMBLY-BASSIN, RÉSIDENCE DU DR. MARTEL, MANUFACTURE JUDY LYNN DRESS, ACADÉMIE DU CANTON, JUNIORAT DES OBLATS DE MARIE-IMMACULÉE, HOSPICE SAINT-JOSEPH, THE CANADIAN BANK OF COMMERCE, MAGASIN GÉNÉRAL OSTIGUY ET FILS, RÉSIDENCE DE JOSEPH-OCTAVE DION, ÉCOLE DE BOURGOGNE, PAVILLON SAINT-JOSPEH ETCORPS DE GARDE.Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS1PRESBYTÈRE DE CHAMBLY. – s.d. – 4 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : L’érection canonique de la paroisse a lieu en 1721. En 1739, deux paroisses sont érigées sur la seigneurie et deux chapelles y sont construites. Cette première église, proprement paroissiale, est en bois. Celle-ci et deux autres ensuite sont détruites par des incendies. La quatrième et actuelle église est construite en 1881.La paroisse érige autant de presbytères que d’églises. Celui dont il est question ici est construit en 1874. En 1924, il est agrandi et refait.Portée et contenu : La sous-série porte sur le presbytère actuel de la paroisse de Saint-Joseph-de-Chambly. Elle témoigne de son évolution et de son apparence extrérieure.La sous-série contient 4 rectos de cartes postales :- une carte postale recto du presbytère actuel de Chambly vue à l’extérieur et portant l’inscription O.M., s.d.IMG048.JPG : Presbytère de Chambly, photo O.M.. – une carte postale recto du presbytère de Chambly vue à l’extérieur, probablement avant l’agrandissement et les rénovation de 1924, portant l’inscription O.M. et le numéro 1, s.d.IMG089.JPG : Presbytère Chambly Basin, photo O.M. 1. – une carte postale recto du presbytère de Chambly vue à l’extérieur, probablement avant l’agrandissement et les rénovation de 1924, portant le numéro 1176 et éditée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG225.JPG : 1176.- Presbytère – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto du presbytère actuel de Chambly vue à l’extérieur et portant le numéro 12, s.d.IMG253.JPG : Presbytère Chambly – Bassin – (12). Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par O.M. et par J.L. Pinsonnault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Chambly 1665-1990, Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & fils, 1990, pp.60-64, ainsi que sur le témoignage et les notes de M. Paul-Henri Hudon. La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS2MAIRIE DE CHAMBLY-BASSIN. – s.d. – 3 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Le 19 avril 1855, la municipalité de village de Chambly-Bassin est détachée de la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly. Le 20 février 1912, le Conseil municipal prend la décision de faire construire une salle publique à l’usage du Conseil municipal. La Mairie est construit sur un terrain acquis le 4 janvier 1903 de M. Dosithée Stanislas Martel, écuyer, médecin et collecteur de taxes de péage sur le canal de Chambly. Le terrain est constitué des lots 93-3 à 93-7 et 93-10 à 93-13 qui forment une pointe dans l’axe routier des rues Bourgogne, Salaberry et Martel. L’érection de la Mairie sur cette pointe vient rehausser le site où, depuis une trentaine d’années, se dresse fièrement le monument Salaberry. L’autorisation pour l’édification du bâtiment est donné le 22 juillet 1912 et les travaux s’éternisent pendant plusieurs années.Portée et contenu : La sous-série porte sur la Mairie de Chambly, anciennement Chambly-Bassin. Elle témoigne de l’évolution du bâtiment et du monument de Salaberry.La sous-série contient 3 recto de cartes postales :- une carte postale recto de la Mairie de Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 6 et éditée par L. Carpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG121.JPG : Hotel de ville Chambly Bassin (6). – une carte postale recto de la Mairie de Chambly vue à l’extérieur et éditée par P.E. Caron, s.d.IMG195.JPG : Hôtel de ville – Town Hall, Chambly Basin, Que.. – une carte postale recto de la Mairie de Chambly vue à l’extérieur, s.d.IMG208.JPG : Hôtel de ville, Chambly, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par L. Carpentier, L’Épiphanie et par P.E. Caron.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Chambly 1665-1990, Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & fils, 1990, p. 36 et sur CHAREST, Sylvie, Rapport de recherche historique et d’évaluation de l’Hôtel de ville de Chambly, Université de Montréal, 1993, 83 p.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS3ÉGLISES PROTESTANTES DE CHAMBLY : Église méthodiste et Église St-Stephen’s. – s.d. – 4 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : L’église méthodiste : en 1883, Chambly s’enrichit d’une église de religion méthodiste. Elle s’élève rue Bourgogne, angle Charles-Boyer. L’ancien lieu de culte, probablement une maison privée, de la communauté méthodiste de la branche wesleyenne ne suffit plus. Samuel Thomas Willett fait construire à ses frais cette église à l’angle sud-est des rues Bourgogne et Charles-Boyer.En 1925, les Églises méthodistes se joignent aux Églises Congrégationalistes et aux Églises Presbytériennes pour former l’Église Unie du Canada. Malgré cette union, la petite communauté de Chambly cesse ses activités et l’église est louée aux marguillers anglicans en 1940. En 1944, le feu détruit complètement l’édifice. Après cet incendie, le terrain est vacant et la communauté pratiquement inexistante. Il ne reste plus aujourd’hui que le cimetière méthodiste dont on peut encore voir au sol les plaques funéraires. L’église anglicane : en 1819, le révérend Brooke Bridges Stevens (1787-1834), aumônier militaire, est posté au fort de Chambly. Il réussit à rallier tout les protestants qui fondent une Église protestante. La construction de l’église St-Stephen’s a lieu en 1820. En 1823, la paroisse St-Stephen’s est fondée, son nom vient du fondateur de l’église à Chambly, le révérend Stevens. Le comité de souscription pour amasser les fonds nécessaire à la construction de l’église est composé de Samuel Hatt, seigneur de Chambly, William Pardy, médecin, Brooke Bridges Stevens, le chapelain, John Yule (c.1760-1851) et Augustus Kuper, assistant commissaire pour l’approvisionnement des troupes à Chambly, remplacé par le capitaine John Glen. Les constructeurs sont d’origine canadienne-française : François Valade, Antoine Monet dit Lamarche, maîtres menuisiers, ainsi que François Morier et Louis Duchatel, maîtres maçons de Chambly.Portée et contenu : La sous-série porte sur les églises protestantes de Chambly, l’une anglicane et l’autre méthodiste. Elle témoigne de l’aspect architectural des bâtiments, dont l’église méthodiste, qui n’existe plus aujourd’hui. De plus, la carte postale qui représente l’église méthodiste est la seule représentation que nous connaissons jusqu’à maintenant. La sous-série contient 3 rectos de cartes postales :- une carte postale recto de l’église méthodiste de Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 17 et éditée par P.E. Caron, s.d.IMG127.JPG : Église méthodiste, Chambly, Que. 17. – une carte postale recto de l’église St-Stephen’s de Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 16 et éditée par P.E. Caron, s.d.IMG270.JPG : Église anglicane, Chambly, Que. 16. – une carte postale recto de l’église St-Stephen’s de Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro CHLY 010 et éditée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG301.JPG : Chambly Église St-Stephen’s / St. Stephen’s Church. – une carte postale recto de l’arrière de l’église St-Stephen’s de Chambly, s.d.P.110.60.0644.JPG : Arrière de l’église St-Stephen’s de Chambly. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron et par Imprimerie Florès et fils inc.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur LAMONTAGNE-LAREAU, Christine, “Cimetières oubliés”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, Société historique de la seigneurie de Chambly, 1979, vol. 1, no 2, pp. 8-13, Chambly 1665-1990, Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & fils, 1990, p. 40 et History of St. Stephen’s Anglican Church Chambly, Que. : 1820-1970, Montréal, 67 p. La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS4HÔTELS ET AUBERGE DE CHAMBLY ET DE RICHELIEU : Grand Hôtel, Auberge Fort Chambly et Hôtel Richelieu. – [1902?]. – 6 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : Grand Hôtel : Portait le nom d’hôtel Bellevue avant son incendie le 29 décembre 1896. Le Grand Hôtel est situé aujourd’hui à l’endroit où se trouve le restaurant Marius, sur la rue Bourgogne. L’hôtel possède 40 chambres et il s’élève sur trois étages en brique rouge. Il est construit par Gaspard Lajeunesse, vers 1900. Il est par la suite vendu par le deuxième propriétaire, M. Golden, à Alice et George Maw. Il est agrandi par l’ajout d’une salle de danse appelée Crystal Ball Room. Vendu au dernier propriétaire, M. Marion, il est détruit par un incendie le 1er septembre 1945.Auberge Fort Chambly : L’auberge Fort Chambly n’existe plus aujourd’hui. Elle est au 2222 de la rue Bourgogne et elle a été incendiée en janvier 1972. L’hôtel Balmoral a été construite en 1899 par M. E.O. Lespérance, propriétaire de l’hôtel Bellevue incendiée à Chambly le 29 décembre 1896, d’après le Courrier de Saint-Hyacinthe (25 février 1899). Aujourd’hui, il y a l’hôtel Balmoral (Légion Canadienne) à cet endroit.Hôtel Richelieu : En 1879, Zotique Bessette obtient une licence d’auberge à Richelieu, situé sur la rue du Bord de l’eau, près du pont Yule. En 1917, Zotique Bessette vit à Montréal de ses rentes. Hôtel Richelieu n’existe plus aujourd’hui.Portée et contenu : La sous-série porte sur deux hôtels, un à Chambly et l’autre à Richelieu, ainsi qu’une auberge à Chambly. Elle témoigne de l’activité hôtelière à divers moment. Les trois édifices sont aujourd’hui disparus.La sous-série contient 5 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto du Lake View Hotel, ou Grand Hôtel, de Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 3 avec la mention du propriétaire, A.N. Golden, [1902?].IMG054.JPG : Lake View Hotel, Chambly-Bassin, A.N. Golden, prop.-(3). – une carte postale recto de l’auberge Fort Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 32 et éditée par Lorenzo Audet, enr. éditeurs, 1226, ave. des Pins, Qué, P.Q., s.d.IMG134.JPG : 32 – Auberge Fort Chambly, Fort Chambly, Qué.. – une carte postale verso de l’auberge Fort Chambly vue à l’extérieur, portant le numéro 32 et éditée par Lorenzo Audet, enr. éditeurs, 1226, ave. des Pins, Qué, P.Q., s.d.IMG135.JPG : Verso de la carte postale : 32 – Auberge Fort Chambly, Fort Chambly, Qué.. – une carte postale recto du Grand Hôtel vue de l’extérieur, portant la mention du propriétaire, A.C. Fafard, ainsi que le numéro de téléphone de l’époque de l’hôtel, 35, s.d.IMG194.JPG : Grand Hotel, A.C. Fafard prop., Bell Tel. 35, Chambly Basin, Que. – une carte postale recto du Lakeview Hotel, ou Grand Hôtel, vue à l’extérieur et éditée par P.E. Caron, s.d.IMG227.JPG : Hôtel Lakeview Hotel, Chambly Basin, Que.. – une carte postale recto de l’Hôtel Richelieu à Richelieu, vue à l’extérieur, et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG281.JPG : Hôtel Richelieu, Situé sur la rivière Richelieu, Cabines, eau courante, chambres. Bière et vin. Repas à toutes heures. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par Lorenzo Audet, enr. éditeurs, 1226, ave. des Pins, Qué, par P.E. Caron et par L. Charpentier, Montréal.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basé sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 106, ainsi que sur le témoignage et les notes de M. Paul-Henri Hudon. La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS5COUVENT DE LA CONGRÉGATION NOTRE-DAME. – s.d. – 5 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : La Congrégation Notre-Dame est fondée par Marguerite Bourgeoys, dite du Saint-Sacrement, qui fonde Ville-Marie (Montréal) avec Paul Chomedey de Maisonneuve. Le couvent de la Congrégation Notre-Dame à Chambly est un bâtiment de deux étages en brique, avec un toit à deux versants. Il est construit en 1855 sur la rue Martel à proximité de l’église Saint-Joseh-de-Chambly. Les dames de la Congrégation Notre-Dame accueillent un premier groupe de 16 fillettes de Chambly. Il est agrandi et réparé, grâce à la générosité de Marguerite Sabaté, veuve de Joseph Bresse. Entre 1921 et 1925, le couvent compte 171 élèves dont 41 pensionnaires. Après la régionalisation des écoles en 1962, il ferme ses portes. En 1972, il est donné à la Ville de Chambly pour l’établissement d’un centre culturel. Il subit une importante rénovation en 1995 et il devient le centre administratif et communautaire de la Ville de Chambly. Le couvent est situé au 56 rue Martel.Portée et contenu : La sous-série porte sur le couvent des dames de la Congrégation Notre-Dame. La sous-série témoigne de l’aspect architectural de l’édifice dans le temps.La sous-série contient 5 rectos de cartes postales :- une carte postale recto du Couvent des dames de le Congrégation de Notre-Dame vue à l’extérieur, portant le numéro 208 et éditée par International Post Card co., Montréal, s.d.IMG097.JPG : Couvent des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame, Chambly Bassin. – une carte postale recto du couvent Notre-Dame, s.d.IMG106.JPG : Couvent Notre-Dame, Chambly Bassin. – une carte postale recto du couvent de la congrégation Notre-Dame à Chambly, portant le numéro 15 et éditée par P.E. Caron, s.d.IMG221.JPG : Couvent de la Cong. N.D., Chambly, Que.. – une carte postale recto du couvent de la congrégation Notre-Dame à Chambly, portant le numéro 1077 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG255.JPG : No. 1077- Couvent de la Cong. Notre-Dame, Chambly, P.Q.. – une carte postale recto du couvent de la congrégation Notre-Dame à Chambly, portant le numéro 8, s.d.IMG265.JPG : Couvent Congrégation de Notre-Dame – Notre-Dame Convent, Chambly Bassin, P.Q.- 8. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par International Post Card co., Montréal, P.E. Caron et par J.L. Pinsonneault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p.61 et sur le site Web : BERNIER, Hélène, “Marguerite Bourgeoys”, Dictionnaire biographique du Canada, http://www.biographi.ca/fr/ShowBio.asp?BioId=34204&query=marguerite%20AND%20bourgeoys , consulté le 5 mai 2006.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS6RÉSIDENCE GUILLAUME-NARCISSE DUCHARME. – [1914?]. – 4 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : Guillaume-Narcisse Ducharme (1851-1929) est financier, échevin en 1914 et maire de la municipalité du Village de Chambly-Bassin de 1915 à 1918. Il est président et directeur-gérant de la compagnie d’assurance La Sauvegarde. Il soutient la fondation du journal Le Devoir et est président de la Banque Provinciale.La maison portant son nom est contruite à une date inconnue. Elle est incendiée le 4 octobre 1970. Elle a appartenu aux Soeurs (Filles) de la Sagesse, comme résidence pour les religieuses retraitées. La communauté religieuse catholique s’établit en 1943 dans la maison achetée de la succession Ducharme, avenue Bourgogne. Elles la nomme Notre-Dame-de-la-Victoire. L’année suivant l’achat, elles agrandissent leur propriété en rattachant à leur maison la villa Albani (maison de Joseph de Saint-Louis Lajeunesse, dite maison Albani). Les Soeurs y demeurent jusqu’en 1956.Portée et contenu : La sous-série porte sur la résidence occupée par Guillaume-Narcisse Ducharme. Elle témoigne de l’évolution architecturale de la bâtisse, ainsi que du passage de la communauté religieuse des Filles de la Sagesse.La sous-série contient 3 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant la résidence de Guillaume-Narcisse Ducharme, [1914?]IMG049.JPG : Gai séjour, Res. de MR. G.N. Ducharme, Chambly, P.Q.. – une carte postale verso montrant la résidence de Guillaume-Narcisse Ducharme, [1914?]IMG050.JPG : Verso de la carte postale : Gai séjour, Res. de MR. G.N. Ducharme, Chambly, P.Q.. – une carte postale recto de la résidence de Guillaume-Narcisse Ducharme, s.d.IMG067.JPG : Résidence de G.N. Ducharme, Chambly, P.Q.. – une carte postale recto de la résidence de G.N. Ducharme, portant le numéro 21 et éditée par L. Charpentier, photographe L’Épiphanie, s.d.IMG079.JPG : Résidence G.N. Ducharme, Chambly-Bassin (21). Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Une carte postale est éditée par L. Charpentier, photographe, L’Épiphanie.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p.76 et 243 et sur le témoignage et les notes de M. Paul-Henri Hudon.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS7CHÂTEAU COOMBE. – s.d. – 8 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : L’imposante bâtisse est construite entre 1907 et 1910 sur la rue Martel. Le terrain se situe sur une ferme ayant déjà appartenue à Joseph Larocque et qui est maintenant un terrain de golf. Les premiers propriétaires sont Gorton Coombe, courtier à Brooklyn, et son épouse, Lydia Daikers. Cette résidence leur sert de lieu de villégiature. Après le décès de sa femme, en 1915, Coombe vend la résidence et quitte Chambly. L’acheteur est Noah Timmins (1867-1936), capitalist de Montréal, né à Mattawa en Ontario. Il fait fortune dans les mines du Nord de l’Ontario et du Québec. Lors de l’achat du terrain et de la maison de Coombe, il acquiert aussi plusieurs lots aux alentours, agrandissant ainsi le domaine original. Il épouse la fille du maire de Lachine en 1891, Lélia Paré. Ils y restent jusqu’en 1924. Le domaine est encore vendu, cette fois-ci à George Rabinovitch de Montréal. Pour financer ses projets, il vend la propriété à une compagnie dont il est le principal actionnaire, Timberdale Golf and Country Club. La compagnie fait faillite en 1927. Rabinovitch réussi à trouver des prêteurs et une nouvelle compagnie acquiert le domaine, G. Rabinovitch Investment Corporation. Il fait à nouveau faillite en 1933. Encore une fois, il réussit à rassembler les fonds nécessaire et le château et ses dépendances appartiennent à la compagnie Amherst Corporation. En 1934, il doit se départir du domaine, à cause des dettes accumulées. La propriété passe à Hector Cypihot (1885-1950), à qui Rabinovitch avait emprunté. Le médecin Hector Cypihot s’installe au château avec son épouse et ses deux enfants en 1934. La famille vient à Chambly pour les vacances estivales. Le 20 janvier 1948 un incendie détruit le château. La façade du château mesure 120 pieds et se prolonge vers l’arrière, du côté ouest, d’une aile de 80 pieds. Les ruines sont encore apparentes aujourd’hui et le golf de Chambly est toujours opérationnel, au 560 rue Martel.Portée et contenu : La sous-série porte sur la propriété communément appellée Château Coombe. Elle témoigne de l’apparence de cette prestigieuse bâtisse, ainsi que de ses propriétaires et du terrain de golf.La sous-série contient 7 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant le château Coombe, portant le numéro 17 et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG076.JPG : Chambly Bassin, P.Q. 17. – une carte postale recto montrant le château Coombe, portant l’inscription R.G. Coombe, ainsi que le numéro 21 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG093.JPG : Château R.G. Coombe, R.G. Coombe’s House, Chambly, Que, 21. – une carte postale verso montrant le château Coombe, portant l’inscription R.G. Coombe, ainsi que le numéro 21 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG094.JPG : Verso de la carte postale : Château R.G. Coombe, R.G. Coombe’s House, Chambly, Que, 21. – une carte postale recto montrant le château Coombe, appartenant alors au Timberdale Golf et Country Club et portant l’inscription O.M., s.d.IMG136.JPG : Timberdale Golf et Country Club, Chambly. – une carte postale recto montrant le château Coombe, appartenant alors au Timberdale Golf Club, portant le numéro 15 et publiée par Carpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG210.JPG : Timberdale Golf Club, Chambly-Bassin -(15). – une carte postale recto montrant le château Coombe, appartenant alors au Timberdale Golf et Country Club et portant l’inscription O.M., s.d.IMG258.JPG : Timberdale Golf et Country Club, Chambly. – une carte postale recto montrant le château Coombe, appartenant alors au Timberdale Golf Club et portant le numéro 15, s.d.IMG259.JPG : Timberdale Golf Club, Chambly-Bassin – (15). – une carte postale recto montrant le château Coombe, appartenant alors aux Timmins, s.d.IMG268.JPG : Château Timmins, Chambly-Bassin. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron, par O.M., par Carpentier, L’Épiphanie et par L. Charpentier, Montréal.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur LAFLAMME, Bernadette, MAUGY, Janine et Louise MONTY, “Le Château à Chambly dit le Château Coombe”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 1992, no 18, pp. 20-40. La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS8MANOIR GABRIEL CHRISTIE. – s.d. – 2 cartes postales : n&b.Histoire administrative : Le manoir du seigneur Gabriel Christie a été construit vers 1798. En 1799, on retrouve dans son inventaire de décès : “la maison seigneuriale bâtie en pierre a deux étages a 49 pieds de longueur par 29 pieds de largeur avec les offices, les caveaux”, etc. Le seigneur Gabriel Christie a acheté la seigneurie de Chambly le 23 novembre 1796. Il est décédé en 1799, sans avoir habité dans son manoir. Il a été acheté et occupé en 1816 par le seigneur Samuel Hatt, ensuite acquis par la succession de William Yule en 1845. Il est finalement vendu à Samuel Thomas Willett (1829-1916) en 1868. Situé dans le village de Chambly-Canton, la bâtisse occupe un vaste terrain de la rue Bourgogne, face à la rivière Richelieu. Valdombre est le nom donné à la résidence de Samuel Thomas Willett en 1927 par le curé de la paroisse Saint-Jacques-de-Montréal après l’avoir acquise. Il fait alors agrandir d’un étage chaque aile. Le projet est financé par une souscription du journal Montreal Star pour en faire une colonie de vacances pour enfants défavorisés. Vendu aux Soeurs picpus, surnom donné à la Congrégation des Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration perpétuelle, communauté religieuse vouée à l’éducation, pour en faire une école mixte et un pensionnat en 1932. En pierre de taille, avec un toit d’ardoises, ce manoir était somptueux. Le bâtiment était solide et construit selon les normes de l’époque pour les grandes demeures. L’épaisseur des murs extérieurs était de trois pieds et les murs intérieurs à certains endroits avaient jusqu’à deux pieds de largeur. De style palladien, sa partie centrale à deux étages avec combles était flanquée, de part et d’autres, d’ailes d’un seul étage qui complétaient harmonieusement la bâtisse. De nombreuses fenêtres en ornaient la façade. Une allée bordée de peupliers menait à la demeure et des ronds de fleurs donnaient des touches de couleur à la pelouse. Un kiosque, en retrait, permettait aux résidents de se reposer tout en admirant la beauté des lieux. Un escalier de quelques marches, au pied duquel veillaient deux lions sur leur socle, permettait l’accès au portique. Un parc magnifique entourait la demeure. Des arbres d’essences canadiennes, d’immenses pelouses et des fleurs complétaient le décor en lui donnant un aspect bucolique. À l’arrière se trouvaient un caveau, une glacière, un poulailler, deux kiosques près du boisé, une piscine, un court de tennis et autres dépendances. Dans la nuit du 15 au 16 mai 1953, un violent incendie, causé par un court-circuit et alimenté par un fort vent, dévaste le couvent de fond en comble. Les Soeurs quittent Chambly pour Saint-Bruno-de-Montarville en 1955.Portée et contenu : La sous-série porte sur le manoir de Gabriel Christie à Chambly. La sous-série témoigne de la transformation de la bâtisse à travers les époques et de ses différents propriétaires, dont les Soeurs picpus.La sous-série contient 2 rectos de cartes postales :- une carte postale recto illustrée du couvent ayant appartenu aux Soeurs Picpus et portant le nom de couvent Valdombre, s.d.IMG143.JPG : Couvent Valdombre, Chambly Canton, Qué.. – une carte postale recto montrant le manoir Gabriel Christie à l’époque où Samuel Thomas Willett en est le propriétaire, portant le numéro 22 et publié par P.E. Caron, s.d.IMG202.JPG : Résidence S.T. Willett, Chambly Canton, Que. 22. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Une carte postale est publiée par P.E. Caron.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basé sur ALEXANDRE-RAÎCHE, Chantal, “Les Soeurs Picpus : religieuses de la congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration Perpétuelle”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, avril 1997, no 21, 40 p., Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p.259 et 266, ainsi que sur le témoignage et les notes de M. Paul-Henri Hudon.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS9CASERNES MILITAIRES : The Fresh Air Home et la caserne des officiers. – [1916?]. – 13 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : Les deux casernes font parties du campement militaire de 1810-1856. Il s’agit de bâtiments destinés à loger l’armée recrutée par l’Angleterre pour faire face à la menace américaine, actualisée par la déclaration de la Guerre de 1812. Le campement est situé sur les terrains du fort Chambly, il s’étend entre la rivière Richelieu et une ligne imaginaire qui longe le canal jusqu’à une autre qui suivrait la rue Lafontaine pour retourner vers la rivière. Après cette guerre, il sert de campement d’été pour l’armée stationnée au Canada. Il est par la suite cédé par l’Angleterre au Canada peu avant la Confédération en 1867. Il ne subsiste que le parc de la Commune et une partie de la caserne des officiers.La caserne des officiers, aujourd’hui maison Ducharme, a été acheté par Guillaume-Narcisse Ducharme dans les années 1930. Par la suite, elle passe entre les mains de membres de la famille Ducharme. Il ne reste qu’une partie seulement du bâtiment original. Avant d’être une résidence privée, la caserne a été un hôpital, une brasserie, une boulangerie, une fonderie, une fabrique de selles et un garage. Fresh Air Home est une colonie de vacances pour familles défavorisées de Montréal établie en 1893 par la Fondation du Montreal Daily Star. La colonie occupe l’ancien mess des officiers de l’armée anglaise. Détruit par un incendie en octobre 1930, il est reconstruit en 1932. Endommagé par un nouvel incendie dans les années 1950, il est acquis par le Service des parcs nationaux qui autorise sa démolition en 1971.Portée et contenu : La sous-série porte sur les casernes militaires de Chambly. Elle témoigne de l’évolution du rôle de ces bâtiments, ainsi que de leur transformation à travers le temps.La sous-série contient 12 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant le Fresh Air Home, portant le numéro 37 et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG060.JPG : Chambly Bassin, P.Q. – 37. – une carte postale recto montrant le Fresh Air Home, s.d.IMG064.JPG : The Fresh Air Home, Chambly Canton, Que. – une carte postale recto du lieu de villégiature du Fresh Air Home pour les familles montréalaises et propriété du Star, éditée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG100.JPG : Chambly, P.Q. The Fresh Air Home. Propriété du Star servant de villégiature pour familles de Montréal. – une carte postale recto du Fresh Air Home, portant le numéro 7 et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG117.JPG : The Fresh Air Home, Chambly, Que, 7. – une carte postale recto montrant les vieilles casernes, portant le numéro 729 et éditée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG137.JPG : 729 – Vieilles casernes, Chambly, P.Q., Canada. – une carte postale recto montrant le campement de Fresh Air Home, portant le numéro R698626, éditée par P.E. Caron et imprimée par Weiss Import Co., Montréal, s.d.IMG199.JPG : Campement de l’Association de l’Air Pur, Chambly. The Fresh Air Home, Chambly.. – une carte postale recto montrant le campement de l’Association de l’Air pur et portant le numéro 7, s.d.IMG211.JPG : Campement de L’Association de l’Air pur, Chambly, The Fresh Air Home, P.Q. – 7. – une carte postale recto montrant le Fresh Air Home, portant le numéro 1185 et éditée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG219.JPG : 1185 – Fresh Air Home – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant les vieilles casernes des officiers, portant le numéro 665 et éditée par L. Gobeille, Huntly St., Montréal, s.d.IMG279.JPG : Chambly, Que. – une carte postale recto montrant les vieilles casernes, portant le numéro 2 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG282.JPG : Vieilles casernes, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant le Fresh Air Home, portant le numéro 1 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG283.JPG : Fresh Air Home, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant les vieilles casernes, [1916?].IMG289.JPG : Chambly M[a ou i]g Co., Chambly Canton, P.Q.. – une carte postale verso montrant les vieilles casernes, [1916?].IMG290.JPG : Verso de la carte postale : Chambly M[a ou i]g Co., Chambly Canton, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par L. Charpentier, Montréal, par F. Tessier, Montréal, Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, P.E. Caron, par Weiss Import Co., Montréal, J.L. Pinsonnault, St-Jean et par L. Gobeille, Huntly St., Montréal.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 28 et 99.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S3,SS10AUTRES BÂTIMENTS DE CHAMBLY : Maison de Joseph de Saint-Louis Lajeunesse, dite Maison Albani, Maison Saint-Hubert (Village historique de Carignan), Gare de Chambly-Bassin, Résidence du Dr. Martel, Manufacture Judy Lynn Dress, Académie du Canton, Juniorat des Oblats de Marie-Immaculée, Hospice Saint-Joseph, The Canadian Bank of Commerce, Magasin général Ostiguy et fils, Résidence de Joseph-Octave Dion, École de Bourgogne, pavillon Saint-Joseph et Corps de garde. – s.d. – 15 cartes postales dont 3 versos de cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Maison de Joseph de Saint-Louis Lajeunesse, dite Maison Albani : Cette maison aurait été construite vers 1871 pour Henry Fleury D’Eschambault, collecteur des droits sur le canal. En 1881, il y a une maison de briques à deux étages. La propriété a déjà appartenu à un certain M. Bartholomew. Elle appartient aux Filles (Soeurs) de la Sagesse, entre 1944 et 1960, comme résidence pour leurs religieuses retraitées, tout comme la résidence de Guillaume-Narcisse Ducharme. La maison est incendiée le 19 octobre 1963.Maison Saint-Hubert (Village historique de Carignan) : Cette maison date de 1775 environ. Habitation de ferme, sise à l’origine sur le terrain de l’église paroissiale du village de Saint-Hubert, elle servit d’école à partir de 1860 jusqu’en 1960. Elle fait partie du Village historique de Carignan ou Village Jacques-de-Chambly, qui est aujourd’hui fermé.Gare de Chambly Bassin : Samuel Thomas Willett devient président de la Montreal, Chambly & Sorel Railroad, qui inaugure un chemin de fer en 1873. Le train part de la traverse qui reliait Longueuil à Montréal et se dirige à Chambly où est situé son terminus. Plus tard, le chemin de fer est prolongé jusqu’à Marieville, Farnham, Portland et Boston. Elle est située à la croisée de la rue Grand Boulevard et de l’avenue Salaberry. Construite en 1900, la gare est démolie en 1962. Elle est aussi exploitée par la compagnie Vermont Central Railway Company et la Canadian National Railway. Résidence du Dr. Martel : Michel-Dosithée-Stanislas Martel (1838-1908) est médecin, député conservateur de Chambly à l’Assemblée législative entre 1878 et 1886, maire de Chambly en 1878 et 1879 et de 1890 à 1892 et échevin pendant plusieurs années. Sa résidence est sise sur la rue Martel, dénommée selon son nom. La résidence est construite vers 1870. Manufacture Judy Lynn Dress : Construite en 1922, la bâtisse a servi, entre autres, de salle de réunion aux Chevaliers de Colomb et en 1945 un artiste céramiste du nom de Coîteux y installe son atelier. La compagnie Judy Lynn Dress s’établit à Chambly en 1950, dans cette bâtisse, sise au 1887 de la rue Bourgogne. En 1988, la bâtisse est rénovée pour en faire un restaurant et une salle de réception sous le nom de La Farandole. En 1998, elle devient un centre d’interprétation de la bière sous le nom de Fourquet Fourchette.Académie du Canton ou École du Canton : Construite au printemps 1874, cette école élémentaire est située au 31 rue des Carrières. Le charpentier et entrepreneur de Chambly est Joseph Perrault. Elle a été aussi l’école Très-Saint-Coeur-de-Marie, appartenant à la Commission scolaire de Chambly-Canton. Quelques soeurs de la congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration Perpétuelle (Soeurs picpus) y ont enseigné à ce moment. Aujourd’hui, l’école porte le nom d’École de la Roselière, elle fait partie de la Commission scolaire des Patriotes et présente une pédagogie de type Waldorf.Juniorat des Oblats de Marie-Immaculée : Maison d’enseignement privée ouverte par les Oblats de Marie-Immaculée en 1926 pour recevoir les garçons de niveau secondaire en vue du recrutement de vocations religieuses. On y donne l’enseignement classique. La bâtisse est construite en brique à deux étages et est agrandie trois fois. Elle est située au 1501 avenue Salaberry, près de la rivière L’Acadie. En 1932, elle reçoit 150 étudiants et accueille de 1926 à 1960, 3145 jeunes gens originaires de toutes les régions de la province. Devient séminaire pour la formation des prêtres oblats en 1949, l’édifice ferme ses portes en 1967 au moment de la régionalisation des écoles. L’édifice a été une propriété privée appelée l’Institut Anbar qui reçoit des handicapés intellectuels. Maintenant propriété du ministère des Affaires sociales, elle est devenue un Centre jeunesse de la Montérégie qui reçoit des adolescents en difficulté.Hospice Saint-Joseph : aussi appelé Foyer Saint-Joseph ou l’Hôpital Saint-Joseph, sise au 100 rue Martel. Fondé en 1868 par les Soeurs Grises (Soeurs de l’hôpital général de Montréal) à la demande du curé Pierre-Marie Mignault. Elle est construite en pierre des champs, à deux étages, mesure 87 pieds sur 35. L’hospice est placé sous le vocable de Saint-Joseph. Agrandi en 1895 par l’ajout d’une aile en brique de trois étages, de 75 pieds et 100 pieds de profondeur sur 25 pieds de largeur avec toit mansardé. La bâtisse abrite des orphelins et des personnes âgées. L’ancienne partie sert d’infirmerie. Agrandi en 1917, par une nouvelle aile destinée aux classes et aux dortoirs au-dessus de la buanderie. Elle est détruite dans un incendie le 4 avril 1965. Emplacement aujourd’hui occupé par la Résidence Saint-Joseph pour personnes âgées. The Canadian Bank of Commerce ou Eastern Township Bank : Le 8 juin 1909, la Eastern Township Bank ouvre une sous-agence au 2330 rue Bourgogne à Chambly. Le 1er mars 1912, elle fusionne avec la Banque Canadienne de Commerce. Aujourd’hui, une école de langue et un Centre d’art occupent cette bâtisse.Magasin général Ostiguy et fils : Joseph Ostiguy (1831-1893) est marchand général, échevin et maire de Chambly-Bassin. Cet édifice est construit vers 1880. Vers 1900, il installe dans sa résidence un magasin général, dont il aménage la façade de brique avec des vitrines. En 1943, deux usines se succèdent : La Petite Bennett, une fabrique de fausses semelles, puis en 1984 Les Entreprises P.N. Farrar, atelier de découpage à l’emporte-pièce. La ville acquiert la bâtisse en 1988 et la bibliothèque municipale de Chambly y est installée en 1990.Résidence de Joseph-Octave Dion : Joseph-Octave Dion (1838-1916) est né à Chambly. Il est journaliste, entre autres, à La Minerve. Il réussit, en 1881, à intéresser les autorités gouvernementales à la conservation du fort Chambly alors abandonné. Il en devient le premier conservateur en 1882. Il y emménage, en 1883, dans un logement construit à son intention à l’intérieur des murs du fort. École de Bourgogne, pavillon Saint-Joseph : (img296 : bâtiment à gauche) Construit vers 1947 pour recevoir les élèves du Vieux Collège (img296 : bâtiment à droite), collège des Frères de l’Instruction Chrétienne. Les Frères de l’Instruction chrétienne en prennent la direction en 1886 jusqu’à 1936. Il a servi de Centre de loisirs paroissial. Il est détruit dans un incendie le 12 juin 1965.Corps de garde : Bâtiment en pierre avec portail néo-classique construit vers 1812 pour servir d’entrée au campement militaire. Reconstitué en 1977-1978, selon le modèle existant entre 1814 et 1849. Il est la propriété de Parcs Canada et est classé par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.Portée et contenu : La sous-série porte sur plusieurs bâtiments patrimoniaux de Chambly. Elle témoigne de l’évolution de l’architecture de plusieurs d’entre eux, ainsi que de l’aspect du patrimoine de plusieurs bâtiments qui ont disparu aujourd’hui.La sous-série contient 14 rectos et 3 versos de cartes postales :- une carte postale recto montrant la maison de Joseph de Saint-Louis Lajeunesse, dite Maison Albani, portant le numéro 14 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG058.JPG : Résidence de M. Barthelomew, Chambly, Que. Ancienne résidence de Madame Albany. 14. – une carte postale recto montrant la maison Saint-Hubert du Village historique de Chambly et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG108.JPG : Chambly, P.Q. Village historique de Chambly. Maison du début du XVIIIe siècle.. – une carte postale recto montrant la station ferroviaire du Central Vermont Railway, station située à Chambly-Bassin, portant le numéro 5 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG125.JPG : La station du C.V.R. Chambly, Que. 5. – une carte postale verso montrant la station ferroviaire du Central Vermont Railway, station située à Chambly-Bassin, portant le numéro 5 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG126.JPG : Verso de la carte postale : La station du C.V.R. Chambly, Que. 5. – une carte postale recto montrant la résidence du Docteur Martel, portant le numéro 207 et éditée par International Post Card Co., Montréal, s.d.IMG138.JPG : Résidence du Docteur M.D.S. Martel ex. M.P.P., Chambly Bassin.. – une carte postale verso montrant la résidence du Docteur Martel, portant le numéro 207 et éditée par International Post Card Co., Montréal, s.d.IMG139.JPG : Verso de la carte postale : Résidence du Docteur M.D.S. Martel ex. M.P.P., Chambly Bassin.. – une carte postale recto montrant la manufacture Judy Lynn Dress et éditée par O. Allard, artiste-photographe, 1394 Mont-Royal Est, Montréal, s.d.IMG186.JPG : Manufacture Judy Lynn Dress. – une carte postale recto montrant l’Académie du Canton, aujourd’hui l’école porte le nom de École de la Roselière, s.d.IMG188.JPG : Académie du Canton. – une carte postale recto montrant le Juniorat de Marie-Immaculée, dirigé par les Oblats, s.d.IMG189.JPG : Juniorat de Marie-Immaculée, Chambly-Bassin, Qué.. – une carte postale verso montrant le Juniorat de Marie-Immaculée, dirigé par les Oblats, portant la légende suivante : Les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée appellent Juniorat une maison dans laquelle ils font suivre un cours d’études classiques à des jeunes gens qui se préparent à devenir eux aussi prêtres et missionnaires O.M.I. Pour tous renseignements, écrire au Rév. Père Supérieur, Juniorat de Marie Immaculée, Chambly-Bassin, Qué., s.d.IMG190.JPG : Verso de la carte postale : Juniorat de Marie-Immaculée, Chambly-Bassin, Qué.. – une carte postale recto montrant l’hospice Saint-Joseph, portant le numéro 1078 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG215.JPG : No. 1078 – Hôpital de Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant The Canadian Bank of Commerce et le magasin général Ostiguy & Fils, portant le numéro 11, s.d.IMG245.JPG : Chambly – Bassin – (11). – une carte postale recto montrant la résidence de Joseph-Octave Dion dans la courtine Ouest du fort de Chambly, portant le numéro 40 et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG261.JPG : Chambly Canton – 40. – une carte postale recto montrant l’école de Bourgogne, pavillon Saint-Jospeh, ainsi que le collège des Frères de l’Instruction chrétienne, s.d.IMG296.JPG : Collège Saint-Joseph, Chambly Bassin, Que.. – une carte postale recto montrant le corps de garde, portant le numéro CHLY07 et éditée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG304.JPG : Chambly. Le poste de garde / The Guardhouse.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron, par F. Tessier, Montréal, par International Post Card Co., Montréal, par O. Allard, artiste-photographe, 1394 Mont-Royal Est, Montréal, par J.L. Pinsonneault, St-Jean, par L. Charpentier, Montréal et par Imprimerie Florès et fils inc.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur le témoignage et les notes de Paul-Henri Hudon et sur les ouvrages et articles suivant :- BEAULIEU, Claude, “Cette maison de ferme est l’amorce d’un musée des arts traditionnels du Canada français”, Vie des arts, Montréal, été 1962, p. 33 ; – GRUMLEY, J.R. THOMAS, Montreal & Southern Counties Railway Co., Ottawa, Bytown Railway Society, 2004, p. 14 ; – CLEGG, Anthony et Omer LAVALLÉE, Catenary through the Counties : The Story of Montreal & Southern Counties Railway, Montréal, Railfare Enterprises Limited, p. 29 et 38 ;- Chambly 1665-1990, Sherbrooke, Éditions Louis Bilodeau & fils, 1990, p. 49 ;- Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 46, 56, 59-60, 74, 81, 103, 117, 133 et 189 ;- HARDY, Jacqueline, “Les femmes dans l’industrie du vêtement”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, no 23, avril 1999, p. 29-34 ;- ALEXANDRE-RAÎCHE, Chantal, “Les Soeurs Picpus : religieuses de la congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration Perpétuelle”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, avril 1997, no 21, p. 27-28.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S4CANAL DE CHAMBLY. – s.d. – 20 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Le canal de Chambly est une voie d’eau creusée le long de la rivière Richelieu pour contourner ses rapides et permettre la navigation entre Chambly et Saint-Jean. Le canal est ouvert dans toute sa longueur en 1843. Il est long de 20 kilomètres, réglé par neuf écluses mesurant 32 mètres de longueur sur 6,7 métres de largeur avec un tirant d’eau de 1,98 mètre. Il y a une dénivellation de 24,6 mètres de Saint-Jean à Chambly. Le projet initial est dirigé par une entreprise privée en 1818 et il devient une entreprise gouvernementale en 1827. Le canal est reconnu comme historique en 1929 par le Bureau d’évaluation des édifices fédéraux patrimoniaux. Il passe en 1972 de la juridiction du ministère des Transports à celle de Parcs Canada.Portée et contenu : La série porte sur le canal de Chambly. Elle témoigne de l’aspect du canal de Chambly, de ses berges, de ses écluses et des embarcations qui voguent dessus.La série contient 20 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant l’écluse 1 à l’entrée du canal de Chambly et portant le numéro 1, s.d.IMG068.JPG : Chambly Bassin Qué -1- Écluse no 1. – une carte postale recto montrant l’entrée du canal de Chambly, portant le numéro 9 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG070.JPG : L’entrée du canal, Chambly, Que. 9. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly d’une écluse à l’autre et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG101.JPG : Chambly, P.Q. Canal de Chambly, bâteau passant d’une écluse à l’autre, ce canal a été construit de main d’hommes. – une carte postale recto montrant l’écluse 1 à l’entrée du canal de Chambly, portant le numéro 10S2 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG150.JPG : No. 10S2 – Écluse, Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, portant le numéro 554 et éditée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG204.JPG : 554 – Vue sur le canal, Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, portant le numéro 20 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG222.JPG : Vue sur le canal, Chambly, Que. 20. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, s.d.IMG237.JPG : Le canal Chambly-Bassin. – une carte postale recto montrant des écluses sur le canal de Chambly et portant le numéro 4, s.d.IMG242.JPG : Vue des écluses – The Locks, Chambly Bassin, P.Q. – 4.. – une carte postale recto montrant un écluse du canal de Chambly, s.d.IMG252.JPG : Écluses Chambly Bassin P.Q.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly et portant le numéro 5, s.d.IMG254.JPG : Vue sur le canal – The Canal, Chambly Bassin, P.Q. – 5.. – une carte postale recto montrant l’écluse 1 et le quai à l’entrée du canal de Chambly, portant le numéro 5 et éditée par L. Carpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG256.JPG : Vue des Locks et du quai, Chambly-Bassin – (5). – une carte postale recto montrant une vue des écluses et portant le numéro 4, s.d.IMG260.JPG : Vue des Écluses – The Locks, Chambly Bassin, P.Q. – 4.. – une carte postale recto montrant l’emtrée des premières écluses du canal de Chambly, portant le numéro 1188 et éditée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG271.JPG : 1188. – L’entrée des premières écluses – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, portant le numéro 1154 et éditée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG273.JPG : 1154.- Vue sur le canal Chambly, View on Chambly canal.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, portant le numéro 1058 et éditée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG280.JPG : No. 1058 – Vue sur le canal Chambly. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly, portant le numéro 10 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG285.JPG : Vue sur le canal, Chambly, Que.. – une carte postale recto montrant le canal de Chambly et des écluses et éditée par Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., Environnement Canada, Service des parcs, s.d.IMG298.JPG : Canal de Chambly/Chambly Canal. Les trois écluses combinées au bassin de Chambly (1943). The three locks at Chambly basin (1943).. – une carte postale recto montrant la réfection d’un quai à Saint-Jean-sur-Richelieu et éditée par Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., Environnement Canada, Service des parcs, s.d.IMG310.JPG : Canal de Chambly/Chambly canal. Ouvriers journaliers travaillant à la réfection d’un quai à Saint-Jean-sur-Richelieu (1931). Labourers carrying out repair work on a dock at St-Jean-sur-Richelieu (1931).. – une carte postale recto montrant une barge sur le canal de Chambly et éditée par Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., Environnement Canada, Service des parcs, s.d.IMG311.JPG : Barges chargées de bois de pulpe sur le canal de Chambly (1914). Barges loaded with pulpwood on the Chambly Canal (1914).. – une carte postale recto montrant la réparation de l’écluse 1 du canal de Chambly et éditée par Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., Environnement Canada, Service des parcs, s.d.IMG313.JPG : 150e anniversaire Canal de Chambly. 150th Anniversary of the Chambly Canal. Réparation de l’écluse No. 1 du Canal de Chambly (vers 1895). Repair work on lock No. 1 Chambly Canal (circa 1895).. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron, par F. Tessier, Montréal, par J.L. Pinsonneault, St-Jean, par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, par L. Charpentier, L’Épiphanie et Héritage Chambly, Imprimerie Florès et fils inc., Environnement Canada, Service des parcs.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 43.La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S5BARRAGES DE CHAMBLY. – s.d. – 17 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : On construit le barrage de béton en 1895. La Centrale électrique entre en opération en 1899. Les directeurs de Royal Electric Co. ont décidé de commencer la construction du pouvoir d’eau à Chambly, lequel appartiendra à la Chambly Manufacturing Co. Les propriétaires sont au nombre de dix, ayant chacun une part de 30 000 $. La Royal Electric Co. a souscrit à elle seule 200 000 $. (La Patrie, 8 mai 1896)Le barrage consiste en un bief parallèle à la rive est du Richelieu ; un barrage de dérivation, en travers de la rivière du côté de Chambly ; et par une digue servant à alimenter les turbines en face de la centrale.La Montreal Light, Heat and Power, en fusionnant plusieurs petites entreprises hydroélectriques, est devenue propriétaire de la Chambly Manufacturing Co.La centrale hydroélectrique entre en opération au début du mois de juillet 1899. La centrale de Chambly possède alors les générateurs les plus puissants au monde et la ligne mesure vingt-sept kilomètres. Reliant Chambly à Montréal, c’est la plus longue au pays et sa tension de 12 500 volts est un exploit pour l’époque, selon une étude d’Hydro-Québec.L’électricité produite à Chambly sert, entre autres, à l’éclairage des rues, à l’alimentation des trains électriques et des tramways.En 1940, il n’y a plus que cinq turbines sur huit en état d’opération. La Centrale cesse ses opérations en 1956. Le barrage est démoli en 1965.Un nouveau barrage est érigé, dont la forme et les fonctions sont différentes. Il traverse d’une rive à l’autre de la rivière Richelieu et il sert à maintenir le niveau de l’eau de la rivière pour assurer le bon fonctionnement de l’aqueduc de Chambly-Marieville-Richelieu.Portée et contenu : La série porte sur les deux barrages de Chambly. La série témoigne des installations hydroélectriques sur la rivière Richelieu, ainsi que de l’aspect, au fil du temps, des deux barrages. La série contient 17 rectos de cartes postales regroupée dans deux sous-série : SS1 PREMIER BARRAGE DE CHAMBLY et SS2 DEUXIÈME BARRAGE DE CHAMBLY.Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur le témoignage et les notes de Paul-Henri Hudon.La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S5,SS1PREMIER BARRAGE DE CHAMBLY. – s.d. – 14 cartes postales : coul. et n&b.Portée et contenu : La sous-série porte sur le premier barrage de Chambly. La sous-série témoigne des activités de production hydroélectrique du premier barrage, ainsi que son aspect. La série contient 14 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant le premier barrage de Chambly et portant le numéro 5, s.d.IMG051.JPG : Chambly Canton 5. – une carte postale recto montrant les installations à l’intérieur du barrage appartenant à la Montreal Light, Heat and Power, portant le numéro 680 et publiée par Pinsonneault et Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG074.JPG : 680 – Switch Boards – M.L.H.+P. Co., Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le premier barrage de Chambly et portant le numéro 47, s.d.IMG082.JPG : Chambly Canton 47. – une carte postale recto montrant le premier barrage, propriété du Pouvoir Electric, s.d.IMG185.JPG : Pouvoir Electric, Richelieu. – une carte postale recto montrant le premier barrage de Chambly, sur la rive de Richelieu, portant le numéro 14 et éditée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG198.JPG : Chambly-Canton 14. – une carte postale recto montrant les rapides de Chambly, portant le numéro 11 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG201.JPG : Rapides, Chambly, Que. 11. – une carte postale recto montrant la Dam à Richelieu, s.d.IMG213.JPG : Rivière Richelieu près de la Dam à Richelieu. – une carte postale recto montrant le premier barrage, portant le numéro 553 et publiée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG218.JPG : 553 – Pouvoir Hydrolique – Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le premier barrage, s.d.IMG250.JPG : Pouvoir Hydrolique, Chambly P.Q. Canada. – une carte postale recto montrant les rapides sur la rivière Richelieu, portant le numéro 12 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG284.JPG : Rapides, Chambly, Que.. – une carte postale recto montrant la grande Dam sur la berge de Richelieu, appartenant à la Montreal Light and Power Co., s.d.IMG291.JPG : La grande Dam du pouvoir électric M.L.P.Co. Richelieu. – une carte postale recto montrant la chaussée du premier barrage, portant le numéro 12 et l’inscription O.M., s.d.IMG292.JPG : Vue de la chaussée, Chambly, O.M. 12. – une carte postale recto montrant le premier barrage, s.d.IMG294.JPG : Vue du premier barrage de Chambly. – une carte postale recto montrant le premier barrage de Chambly, s.d.IMG295.JPG : Chambly P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par Pinsonneault et Frères, St-Jean & Sherbrooke, par L. Charpentier, Montréal et par P.E. Caron.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S5,SS2DEUXIÈME BARRAGE DE CHAMBLY. – s.d. – 3 cartes postales : coul.Portée et contenu : La sous-série porte sur le deuxième barrage de Chambly. Elle témoigne de son apparence et des installations pour l’aqueduc.La sous-série contient 3 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant le deuxième barrage de Chambly, portant le numéro 321 et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG107.JPG : Chambly, P.Q. Barrage Hydro-Québec construit en 1962. – une carte postale recto montrant les rapides de la rivière Richelieu et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG109.JPG : Chambly, P.Q. Rapides de la rivière Richelieu. – une carte postale recto montrant le barrage d’Hydro-Québec, portant le numéro CHLY01 et publiée par Imprimerie Florès et fils inc., s.d.IMG309.JPG : Chambly, Parc des rapides – Barrage de l’Hydro-Québec. Rapids Park – Quebec Hydro Dam.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par F. Tessier, Montréal et par Imprimerie Florès et fils inc.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S6PONTS. – s.d. – 16 cartes postales dont 2 versos de cartes postales : coul. et n&b.Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S6,SS1PONT SUR LA RIVIÈRE RICHELIEU ENTRE CHAMBLY ET RICHELIEU. – s.d. – 6 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Le pont sur la rivière Richelieu entre Chambly et Richelieu : Il y a eu quatre ponts reliant Chambly et Richelieu. Le premier, appelé le pont Yule, a été érigé en 1846. C’est un pont en bois couvert à péage, il brûle en 1891. Le deuxième pont ne porte pas de nom particulier, il est en place après 1891 et il est emporté par une embâcle en 1904. Le troisième pont est construit après 1908. Il est fait de fer et est nommé le pont Yule. Il est détruit en 1956 à cause de sa désuétude. C’est ce pont que l’on retrouve dans la sous-série 1. En 1956, on reconstruit un quatrième et dernier pont.Portée et contenu : La sous-série porte sur le troisième pont reliant Chambly et Richelieu. La sous-série témoigne de l’apparence du pont de fer, qui a été remplacé aujourd’hui.La série contient 6 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant le pont de Richelieu à Chambly Canton et portant le numéro 6, s.d.IMG053.JPG : Pont de Richelieu à Chambly Canton – 6. – une carte postale recto montrant le pont de Chambly, s.d.IMG115.JPG : Pont Chambly. – une carte postale recto montrant le pont de Richelieu à Chambly-Canton, s.d.IMG183.JPG : Pont de Richelieu à Chambly-Canton. – une carte postale recto montrant le pont de fer sur le Richelieu reliant Chambly et Richelieu, portant le numéro 18 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG226.JPG : Le pont Weir, Chambly, Que. 18. – une carte postale recto montrant le pont de Chambly, s.d.IMG243.JPG : Pont Chambly. – une carte postale recto montrant le pont Richelieu, portant le numéro 1175 et éditée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG244.JPG : 1175 – Pont Richelieu – Chambly, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron et par J.L. Pinsonnault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basé sur le témoignage et les notes de Paul-Henri Hudon.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S6,SS2PONTS SUR LE CANAL DE CHAMBLY. – s.d. – 9 cartes postales dont 2 versos de cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Le canal de Chambly est une voie d’eau creusée le long de la rivière Richelieu pour contourner ses rapides et permettre la navigation entre Chambly et Saint-Jean. Il comporte plusieurs ponts.Portée et contenu : La sous-série porte sur deux ponts sur le canal de Chambly. Elle témoigne des ponts construits pour enjamber le canal de Chambly.La sous-série contient 7 rectos et 2 versos de cartes postales :- une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly, portant le numéro 1189 et publiée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG086.JPG : 1189 – Pont sur canal – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly, portant le numéro 23 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG090.JPG : Pont sur le canal, Chambly, Que, 23. – une carte postale verso montrant un pont sur le canal de Chambly, portant le numéro 23 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG091.JPG : Verso de la carte postale : Pont sur le canal, Chambly, Que, 23. – une carte postale recto montrant un pont du canal de Chambly, laissant passer une barge, portant le numéro 3209 et publiée par IF. Tessier, Montréal, s.d.IMG098.JPG : Chambly, P.Q. Pont sur le canal ouvert sur la route 1 laissant passer une barge en route pour New York. – une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly et portant le numéro 1, s.d.IMG112.JPG : Pont du canal, Chambly Bassin (1). – une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly, portant le numéro 1074 et publiée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG128.JPG : No. 1074 – Pont sur le canal, Chambly P.Q.. – une carte postale verso montrant un pont sur le canal de Chambly, portant le numéro 1074 et publiée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG129.JPG : Verso de la carte postale : No. 1074 – Pont sur le canal, Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly, s.d.IMG197.JPG : Pont du canal, Chambly Bassin, P.Q.. – une carte postale recto montrant un pont sur le canal de Chambly, s.d.IMG264.JPG : Pont du canal, Chambly-Bassin. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par J.L. Pinsonnault, St-Jean, par P.E. Caron et par IF. Tessier, Montréal.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur le témoignage et les notes de Paul-Henri Hudon.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S6,SS3PONT SUR LA RIVIÈRE L’ACADIE. – s.d. – 1 carte postale : n&b.Histoire administrative : La petite rivière de Montréal ou rivière de Montréal est l’ancien nom de la rivière L’Acadie.Portée et contenu : La sous-série porte sur un des ponts qui enjambent la rivière L’Acadie. Elle témoigne de l’architecture du pont.La sous-série contient 1 recto de carte postale :- une carte postale recto montrant un pont sur la rivière L’Acadie, s.d.IMG066.JPG : Pont rivière de Montréal, Chambly Bassin, Que. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S7MANUFACTURES DE CHAMBLY. – s.d. – 6 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Sur l’image img073 apparaît de gauche à droite :- La filature de laine est construite en 1830 et démolie vers 1930 ; – La minoterie (farine : blé, avoine, orge) est construite en 1792 et détruite au début du XXe siècle.Sur l’image imf 232 : – La filature de coton est construite en 1882, un incendie à lieu en 1910 ; elle est réaménagée par Bennett en manufacture de transformation de cuir (sur l’image img232 c’est la bâtisse avec un clocheton), The Canadian Leatherboard.Les propriétaires : – Samuel Hatt (1776-1842) est propriétaire des moulins à grains mus par les eaux des rapides du Richelieu à partir de 1816. Il achète du général Gabriel Christie sa minoterie en 1816. Les héritiers de Samuel Hatt vendent la seigneurie et les moulins à la succession de feu William Yule en 1845. – Mahlon Willett (1777-1865) est un tisserand écossais. Il s’installe à Chambly vers 1830 et inaugure un moulin à carder la laine. Il le transforme ensuite en filature de laine. L’entreprise est transférée à son fils Samuel Thomas Willett en 1848. – Samuel-Thomas Willett (1829-1916) est un industriel. Il poursuit l’administration de son père. Il y ajoute une filature de coton en 1882.Portée et contenu : La série porte sur les manufactures sur le long du Richelieu. Elle témoigne de l’aspect des différentes manufactures dans le temps, ainsi que de leurs propriétaires. Tout ces bâtiments sont aujourd’hui disparus.La série contient 6 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant les manufactures, portant le numéro 24 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG073.JPG : Les manufactures de Tricots, (côté sud), Chambly, Que. 24. – une carte postale recto montrant les manufactures, portant le numéro 25 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG081.JPG : Les manufactures de Tricots, (côté nord), Chambly, Que.. – une carte postale recto montrant les manufactures, portant le numéro 552 et publiée par Pinsonneault et Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG142.JPG : 552 – Les manufactures de tricots – S.T. Willett prop. – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant les manufactures en ruines, s.d.IMG230.JPG : Ruine of S.T. Willett Woollen Mills, Chambly Canton, P.Q.. – une carte postale recto montrant les manufactures The Canadian Leatherboard Co., s.d.IMG232.JPG : Vue de la rivière Richelieu, The Canadian Leatherboard Co., Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant les manufactures, portant le numéro 1079 et publiée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG248.JPG : No. 1079 – Les manufactures de Tricots, S.T. Willett, prop., Chambly, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par P.E. Caron, par Pinsonneault et Frères, St-Jean & Sherbrooke et par J.L. Pinsonneault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur le témoignage et les notes de Paul-Henri Hudon et sur le Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société historique de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 113 et 266.La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S8VUES DE CHAMBLY. – s.d. – 16 cartes postales : coul. et n&b.Portée et contenu : La série porte sur plusieurs vues et paysages de Chambly. Elle témoigne de la transformation du paysage de la ville.La série contient 15 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant une image probablement fictive du bassin de Chambly, portant le numéro 11711 et publiée par Colour picture Publication, Boston, 15 Mass., USA, s.d.IMG055.JPG : Chambly Bassin, P.Q. 11711. – une carte postale recto montrant une image probablement fictive de Chambly et publiée par Copyrighted Toronto, Canada, s.d.IMG056.JPG : Chambly Bassin, P.Q.. – une carte postale recto montrant la rivière Richelieu et le vieux fort et publiée par R.C.A.F. Photo, s.d.IMG072.JPG : The Richelieu River and the Old Fort at Fort Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant le mont Saint-Hilaire vue de Chambly de la rue Martel, portant le numéro 32 et publiée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG077.JPG : Chambly Bassin, P.Q. 32. – une carte postale recto montrant une vue du Mont Saint-Bruno, de Chambly, portant le numéro 31 et publiée par L. Charpentier, Montréal, s.d.IMG080.JPG : Chambly Bassin, P.Q. 31. – une carte postale recto montrant vue de Chambly, un quai sur le bassin, l’hospice et l’église, portant le numéro 20 et publiée par L. Charpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG087.JPG : Vue du Bassin Chambly (20). – une carte postale recto montrant Chambly, portant le numéro 10 et publiée par L. Charpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG099.JPG : Chambly Bassin (10). – une carte postale recto montrant une vue de la rivière à Chambly et portant le numéro 3, s.d.IMG113.JPG : Vue de la rivière – The River, Chambly, P.Q. – 3.. – une carte postale recto montrant vue de Chambly, s.d.IMG141.JPG : Un coin de Chambly Bassin Que. – une carte postale recto montrant vue de la rivière à Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG148.JPG : River View, Vue de la rivière, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant vue Mont Beloeil (Mont Saint-Hilaire) de Chambly, s.d.IMG193.JPG : Le mont Beloeil. Vue prise de Chambly-Bassin.. – une carte postale recto montrant vue de la rive ouest du bassin de Chambly, le quai Barthelomew (ancienne maison dite Albani), portant le numéro 1182 et publiée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG214.JPG : 1182 – Rive ouest du bassin – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant une vue des rapides et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG239.JPG : Vue des rapides – View of rapids, Chambly Que. – une carte postale recto montrant une vue du bassin près du couvent et portant le numéro 4, s.d.IMG267.JPG : Vue du bassin près du couvent Chambly-Bassin -(4). – une carte postale recto montrant une vue du bassin de Chambly, portant le numéro 20 et publiée par L. Charpentier, L’Épiphanie, s.d.IMG293.JPG : Vue du bassin, Chambly-Bassin – (20). – une carte postale recto montrant la rive ouest du Bassin de Chambly, portant le numéro 1182 et publiée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.N.002.39.1143.JPG : 1182.- Rive ouest du Bassin – Chambly, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par Colour picture Publication, Boston, 15 Mass., USA, par Copyrighted Toronto, Canada, par R.C.A.F. Photo, par L. Charpentier, Montréal, par L. Charpentier, L’Épiphanie, par P.E. Caron et par J.L. Pinsonnault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S9RUES DE CHAMBLY. – s.d. – 13 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Portée et contenu : La série porte sur plusieurs rues de Chambly. Elle témoigne de leurs aspects dans le temps, ainsi que des bâtisses qui longent ces rues, dont plusieurs sont détruites aujourd’hui.La série contient 12 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant l’entrée de Chambly Bassin (rues Salaberry, Bourgogne et Martel) et portant le numéro 2, s.d.IMG088.JPG : Entrée – Entrance to Chambly Bassin, P.Q. – 2. – une carte postale recto montrant probablement la rue Martel à Chambly et éditée par L. Gobeille, no. 665 Huntly St., Montréal, s.d.IMG110.JPG : Rue à Chambly. – une carte postale verso montrant probablement la rue Martel à Chambly et éditée par L. Gobeille, no. 665 Huntly St., Montréal, s.d.IMG111.JPG : Verso de la carte postale : Rue à Chambly. – une carte postale recto montrant la rue Bourgogne (rue Princiaple) à la hauteur de la banque, de la bibliothèque (atelier Bennett) et du magasin général Caron, s.d.IMG120.JPG : Rue Principale près de l’hôtel Chambly Bassin. – une carte postale recto montrant la rue Principale (Bourgogne) à la hauteur du Grand Hôtel et portant le numéro 10, s.d.IMG144.JPG : Rue Princiaple – Main Street, Chambly, P.Q. – 10. – une carte postale recto montrant la rue Principale (Bourgogne) à la hauteur du magasin général et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG196.JPG : Rue Princiaple, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant la rue Principale (Martel) à la hauteur de la résidence du docteur Martel, portant le numéro 1187 et publiée par Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG207.JPG : 1187 – Rue Martel – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant la rue Principale (Bourgogne) à la hauteur de la banque et portant l’inscription O.M., s.d.IMG209.JPG : Rue Princiaple Chambly. – une carte postale recto montrant probablement la rue Bourgogne et publiée par L. Gobeille, no. 665 Huntly St., Montréal, s.d.IMG212.JPG : Chambly, Que. – une carte postale recto montrant une rue de Chambly, s.d.IMG231.JPG : Rue de Chambly. – une carte postale recto montrant le côté nord de la rue Principale (Bourgogne), portant le numéro 1184 et publiée par Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG234.JPG : 1184 – Côté nord de la rue Principale – Chambly. – une carte postale recto montrant un coin du Vieux Chambly, portant le numéro 1075 et publiée par Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG257.JPG : No. 1075 – Un coin du Vieux Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant la rue Principale (Bourgogne), portant le numéro 1187 et éditée par Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG272.JPG : 1187 – Rue Principale – Chambly, P.Q.. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par L. Gobeille, no. 665 Huntly St., Montréal, par P.E. Caron, par Pinsonnault, St-Jean, O.M. et par Pinsonneault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S10MONUMENTS DE CHAMBLY. – [1916?]. – 15 cartes postales dont 2 versos de cartes postales : coul. et n&b.Portée et contenu : La série porte sur trois monuments encore existants sur le territoire de Chambly. Elle témoigne de l’aspect des monuments, ainsi que de leur environnement dans le temps. De plus, elle témoigne de l’importance de deux personnalités qui ont marqué Chambly : Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry et le curé Pierre-Marie Mignault. Ainsi que de l’importance du culte catholique, illustrée par le monument du Sacré-Coeur.La série contient 15 cartes postales, réparties dans trois sous-série : SS1 MONUMENT CHARLES-MICHEL D’IRUMBERRY DE SALABERRY, SS2 MONUMENT DU CURÉ PIERRE-MARIE MIGNAULT ET SS3 MONUMENT DU SACRÉ-COEUR.Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S10,SS1MONUMENT CHARLES-MICHEL D’IRUMBERRY DE SALABERRY. – [1916?]. – 8 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : Le monument en hommage à Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry (1778-1829) est érigé en 1881. Militaire, il s’établit en 1812 à Chambly. Il s’illustre lors de l’invasion américaine en 1812-1815. Cinquante ans après sa mort, un groupe de citoyens décide d’élever un monument à sa mémoire. Il est en bronze, d’après une maquette de Louis-Philippe Hébert.Portée et contenu : La sous-série porte sur le monument de Salaberry et témoigne de son aspect et de son environnement dans le temps. Elle témoigne aussi de la fierté et de l’importance qu’a le personnage de Salaberry dans la ville de Chambly.La sous-série contient 7 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant le monument Salaberry et portant le numéro 11, s.d.IMG046.JPG : Monument Salaberry, Chambly 11. – une carte postale recto montrant le monument Salaberry et portant l’inscription copyright P.G.I., s.d.IMG047.JPG : Monument Salaberry, Chambly Bassin, PQ. – une carte postale recto montrant la statue de Salaberry, portant le numéro 731 et publiée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, s.d.IMG063.JPG : 731 – Statue de Salaberry, Chambly P.Q. Canada. – une carte postale recto montrant la statue de Salaberry, portant le numéro 387 et publiée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, [1916?]IMG095.JPG : 387 – Statue de Salaberry, Chambly P.Q.. – une carte postale verso montrant la statue de Salaberry, portant le numéro 387 et publiée par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke, [1916?]IMG096.JPG : Verso de la carte postale : 387 – Statue de Salaberry, Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le monument Salaberry et publiée par Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG105.JPG : Monument de Salaberry – Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant le monument Salaberry et l’hôtel de ville de Chambly Bassin, s.d.IMG184.JPG : Monument de Salaberry – Hôtel de ville Chambly-Bassin, P.Q.. – une carte postale recto montrant l’hôtel de ville de Chambly Bassin et le monument de Salaberry, s.d.IMG308.JPG : Monument de Salaberry et l’hôtel de ville de Chambly Bassin. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par copyright P.G.I., par Pinsonneault Frères, St-Jean & Sherbrooke et par Pinsonneault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur LAFLAMME, Bernadette, “Le monument à Salaberry (1881-1981)”, Les cahiers de la seigneurie de Chambly, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, vol. III, no 1, mars 1981, pp.34-40 et sur le Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 178.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S10,SS2MONUMENT DU CURÉ PIERRE-MARIE MIGNAULT. – s.d. – 3 cartes postales dont 1 verso de carte postale : coul. et n&b.Histoire administrative : Pierre-Marie Mignault (1784-1868) est curé de la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly pendant près de 50 ans. Le monument à sa mémoire s’élève devant l’église de Chambly. Réalisé en 1909 par le fondeur J.A. Picher, d’après la maquette de Louis-Philippe Hébert.Portée et contenu : La sous-série porte sur le monument en l’honneur du curé Mignault. Elle témoigne de son emplacement et de son aspect à travers le temps. La sous-série témoigne aussi de l’importance du personnage auprès de la population chamblyenne.La sous-série contient 2 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant le monument Mignault, portant le numéro 1183 et publiée par J.L. Pinsonnault, St-Jean, s.d.IMG061.JPG : 1183 – Monument du Rév. Père Mignault – Chambly – P.Q.. – une carte postale recto montrant le monument Mignault, s.d.IMG123.JPG : Chambly Bassin P.Q. (monument Mignault). – une carte postale verso montrant le monument Mignault, s.d.IMG124.JPG : Verso de la carte postale : Chambly Bassin P.Q. (monument Mignault). Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Mentions de responsabilité : Une des cartes postales est publiée par J.L. Pinsonnault, St-Jean.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 178.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S10,SS3MONUMENT DU SACRÉ-COEUR. – s.d. – 4 cartes postales : coul. et n&b.Histoire administrative : Le monument dédié au Sacré-Coeur est situé sur la rue Martel, en face de l’église près de la berge. Élevé à l’occasion du 250e anniversiare de Chambly en 1915.Portée et contenu : La sous-série porte sur le monument consacré au Sacré-Coeur. Elle témoigne de la présence de ce monument religieux et de son aspect à travers le temps.La sous-série contient 4 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant le monument du Sacré-Coeur et portant le numéro 3, s.d.IMG052.JPG : Monument du S. Coeur à Chambly Bassin 3. – une carte postale recto montrant le Sacré Coeur, s.d.IMG119.JPG : Sacré Coeur Chambly Bassin. – une carte postale recto montrant du Sacré-Coeur et portant le numéro 9, s.d.IMG145.JPG : Monument du Sacré-Coeur, Sacred Heart Monument, Chambly Bassin, P.Q. – 9.. – une carte postale recto montrant le monument du Sacré-Coeur, s.d.IMG192.JPG : Monument du Sacré-Coeur, Chambly-Bassin. Source du titre composé propre : Le titre de la sous-série est basé sur le contenu de la sous-série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : L’histoire administrative est basée sur Dictionnaire encyclopédique de la seigneurie de Chambly, 1609-1950, Chambly, La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly, 2001, p. 178.La sous-série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S11PORTS ET QUAIS DE CHAMBLY. – s.d. – 11 cartes postales : coul. et n&b.Portée et contenu : La série témoigne de l’activité fluviale de Chambly.La série contient 11 rectos de cartes postales :- une carte postale recto montrant les écluses et le quai à l’entrée du canal et portant le numéro 5, s.d.IMG085.JPG : Vue des locks et du quai, Chambly Bassin (5). – une carte postale recto montrant la marina de Chambly et publiée par F. Tessier, Montréal, s.d.IMG103.JPG : Chambly, P.Q. Marina. – une carte postale recto montrant le quai et le fort de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG233.JPG : Wharf and Distant view of Old Fort, Le quai et vue éloigné du Vieux Fort, Chambly Que. – une carte postale recto montrant le quai de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG236.JPG : At the wharf, le quai, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant le quai de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG238.JPG : Le quai – The wharf, Chambly Que. – une carte postale recto montrant le quai Bartholomew (maison dite Albani), portant le numéro 1086 et publiée par J.L. Pinsonneault, St-Jean, s.d.IMG249.JPG : No. 1086 – Quay Bartholomew, Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le port de Chambly, portant le numéro 388 et publiée par Pinsonneault Frères, St-Jean et Sherbrooke, s.d.IMG262.JPG : 388 – Le port de Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le port et le vieux fort de Chambly et portant le numéro 1088, s.d.IMG275.JPG : No. 1088 – Vue du port et vue du vieux fort, Chambly P.Q.. – une carte postale recto montrant le quai de Chambly et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG277.JPG : Le quai – The wharf, Chambly, Que. – une carte postale recto montrant le port de Chambly, portant le numéro 3 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG286.JPG : Le port de Chambly, Que. 3. – une carte postale recto montrant le port de Chambly, portant le numéro 4 et publiée par P.E. Caron, s.d.IMG287.JPG : Le port de Chambly, Que. 4. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Mentions de responsabilité : Certaines cartes postales sont publiées par F. Tessier, Montréal, par P.E. Caron, par J.L. Pinsonneault, St-Jean et par Pinsonneault Frères, St-Jean et Sherbrooke.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.P105,S12PERSONNES. – [1915?]. – 13 cartes postales dont 1 verso de carte postale (coul. et n&b.).Portée et contenu : La série porte sur plusieurs cartes postales qui illustrent des groupes de personnes divers. Elle témoigne de l’habillement et des habitudes des gens de l’époque.La série contient 11 rectos et 1 verso de cartes postales :- une carte postale recto montrant probablement les célébration entourant l’érection du monument du curé Mignault, s.d.IMG057.JPG : Foule devant l’église de la paroisse Saint-Joseph. – une carte postale recto montrant un plongeur, probablement sur la rivière Richelieu à la hauteur de Saint-Jean-sur-Richelieu, s.d.IMG083.JPG : Plongeur sur le Richelieu. – une carte postale recto montrant une chorale de jeunes garçons, s.d.IMG114.JPG : Chorale. – une carte postale recto montrant un plongeur, probablement sur la rivière Richelieu à la hauteur de Saint-Jean-sur-Richelieu, s.d.IMG140.JPG : Plongeur sur le Richelieu. – une carte postale recto montrant Joseph-Octave Dion, photographie prise par A. Viens de Marieville, [1915?]IMG146.JPG : Mr. J.O. Dion gardien du fort Chambly, P.Q.. – une carte postale verso montrant Joseph-Octave Dion, photographie prise par A. Viens de Marieville, [1915?]IMG147.JPG : Verso de la carte postale : Mr. J.O. Dion gardien du fort Chambly, P.Q.. – une carte postale recto montrant un groupe de personne sur fond exotique, s.d.IMG191.JPG : Groupe avec un alligator. – une carte postale recto montrant groupe de gens probablement en vacance dans le sud des États-Unis, s.d.IMG216.JPG : Groupe probablement en vacances au États-Unis. – une carte postale recto montrant groupe de gens probablement en vacance dans le sud des États-Unis, s.d.IMG217.JPG : Groupe de gens probablement en vacance dans le sud des États-Unis. – une carte postale recto montrant une fanfare probablement dans les rues de Chambly, s.d.IMG220.JPG : Fanfare. – une carte postale recto montrant une équipe de baseball de jeunes garçons, s.d.IMG241.JPG : Équipe de baseball. – une carte postale recto montrant un groupe de gens probablement en Floride, s.d.IMG269.JPG : Groupe de gens probablement en Floride. – une carte postale recto montrant des individus devant le magasin général, s.d.P.111.63.2050.JPG : Individus devant le magasin général. Source du titre composé propre : Le titre de la série est basé sur le contenu de la série.Particularités matérielles : Les cartes postales sont en format numérique seulement.Restauration/Conservation : Les cartes postales ont été numérisées.Langue des documents : Certaines légendes sont en anglais.Note générale : La série a été traitée et décrite en mai 2006 par l’archiviste Sophie Roy.